EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
Raid sur le kif 
actuel n°57, samedi 24 juillet 2010
| More

Trois hélicos ont déversé des herbicides sur des plantations de cannabis le 29 juin dernier. Mais si le kif a été carbonisé, c’est désormais toute une population qui est privée de moyens de subsistance.


***

Boulizem, dans la commune de Beni Ahmed Charquia, c’est un peu le bout du monde. En partant de Chefchaouen, le douar est accessible par une nouvelle route, dĂ©jĂ  dans un Ă©tat de dĂ©labrement avancĂ©, et de mauvaises pistes. Les sept derniers kilomètres sont terribles, mĂŞme en 4x4 : une sorte de sentier pierreux amĂ©liorĂ©, plus adaptĂ© aux sabots des mules qu’aux pneus d’une Land Rover. Avant d’accĂ©der au douar, il faut faire une pause pour abreuver le vĂ©hicule en essence de contrebande dans un village misĂ©rable et poussiĂ©reux, vĂ©ritable bidonville rural : ici on plante le cannabis depuis peu et les paysans n’ont pas encore engrangĂ© assez de dirhams pour construire en dur Ă  cĂ´tĂ© de leurs bicoques en tĂ´le. Enfin, au dĂ©tour d’un virage, la cuvette de Boulizem apparaĂ®t telle une oasis vert tendre au creux d’une vallĂ©e aride. Sauf que le tapis vert des plants de kif est parsemĂ© d’impressionnantes taches brunes comme si la moitiĂ© du douar avait brĂ»lé…  Nous sommes arrivĂ©s Ă  destination après deux heures et demie de « route ». A d’autres, il aura suffi de quelques minutes en hĂ©licoptère.

Apocalypse now sur le douar

Ce mardi 29 juin, trois engins décollent d’un terrain de foot transformé en héliport près de Bab Taza. Vers 13 heures, ils survolent le douar perdu et piquent du nez vers les cultures pour asperger le sol d’une substance blanche. Dans le village, c’est la panique. Les femmes crient, les enfants qui n’ont jamais vu d’hélicoptère de leur vie se mettent à pleurer. Une vidéo réalisée par un habitant ce jour-là et que vous pouvez retrouver sur www.actuel.ma résume bien l’ambiance presque Apocalypse now, sans le napalm : le survol en rase-mottes des hélicos, le bruit des hélices, le lâcher de pesticides sur les champs et les hommes qui invoquent le prophète en fond sonore…

Le mardi noir de Beni Ahmed Charquia

Ce jour-là, comme chaque mardi, la plupart des paysans se sont rendus au souk. Zakaria (1), lui, est resté. Alors qu’il s’est assoupi dans une cabane, il est réveillé par le vacarme assourdissant des rotors. Le cultivateur se précipite alors à l’extérieur… avant de s’écrouler. Un hélicoptère vient de l’arroser d’herbicide. Choqué, il restera prostré trois jours, incapable de se relever. Deux semaines plus tard,

Zakaria ne parvient toujours pas à raconter son calvaire. « Le mal est dans le cœur », se contente-t-il de nous dire d’un air désolé.

A Boulizem, les paysans sont tous sous le choc et ne sont guère plus prolixes. Une catastrophe (sur)naturelle s’est abattue sur le village et il n’y a pas de cellule psychologique pour soutenir des habitants complètement anéantis. Après nous avoir montré ses champs calcinés et son potager brûlé, Ahmed éclate en sanglots. L’attaque ne l’a pas seulement privé de sa source de revenus mais aussi de tous ses moyens de subsistance : sans ses tomates, ses vignes, ses olives, Ahmed ne sait pas comment il va nourrir sa famille cet hiver.

« On appelle ce mardi, la journée noire », raconte Abdallah Madani, président de l’association de développement de Beni Ahmed Charquia. « Presque toutes les cultures ont été touchées dans le village et ce qui est encore débout est en train de crever », dit-il en nous montrant des plants de cannabis dont les feuilles touchées par le pesticide sont devenues jaunes.

Les champs de pastèques comme les figuiers ont été carbonisés sans discernement par la pluie chimique. Mais il y a peut-être plus grave. Aujourd’hui, des enfants se baignent dans l’oued qui a été touché par les pesticides. Et Abdekalder, un paysan qui arbore le regard terriblement dur de ceux qui ont tout perdu, tient à nous montrer son puits à ciel ouvert… au centre d’une zone douchée par un hélicoptère. Et quand on lui demande comment il va nourrir ses cinq enfants, il n’a qu’une formule à l’esprit : « Dieu seul sait ce qu’on va devenir ! »

Son père, le vieil Abdellatif est plus bavard. Il dit qu’il voudrait demander des indemnités pour les figuiers et les oliviers détruits. Mais il ne sait pas à qui s’adresser ; et quand il a commencé à réclamer, on lui a répondu « Sed foumek », dit-il en mimant le geste de ses doigts sur sa bouche…

La loi du silence et la peur des représailles n’empêchent pas ces paysans de se confier. Ils savent bien qu’ils sont en tort mais ne comprennent pas pourquoi ils sont visés alors que les puissants barons de Bab Berred ou de Ketama continuent de prospérer. Ils voudraient au moins qu’on leur permette aujourd’hui de survivre. 1 500 habitants sont désormais privés de tout moyen de subsistance et soumis à des risques sanitaires. Mais visiblement tout le monde s’en fout.

Deux semaines après la « journée noire », nous étions les premiers à visiter le village. Pas un agronome n’est venu constater les dégâts et conseiller les paysans ; pas un médecin n’est venu consulter les personnes contaminées ; pas une ONG n’a protesté… Seul le PAM s’est fendu d’un timide communiqué regrettant les moyens employés.

Double peine pour les paysans

Certes la cause des cultivateurs de kif n’est pas l’une des plus populaires à défendre dans le Royaume. Mais les méthodes employées pour les faire renoncer à cette culture semblent totalement disproportionnées. Un paysan qui cultive le kif sait qu’il risque des années de prison. Mais la punition est beaucoup plus lourde quand on s’attaque à la terre avec des pratiques qui sont tout sauf écologiques (voir page 17). La répression ressemble singulièrement à une double peine ; et les premières victimes collatérales de ces bombardements chimiques – qui n’ont rien de chirurgicaux – sont les familles.

L’épandage aérien est un mode opératoire nouveau au Maroc. Le premier « raid » a eu lieu l’année dernière. Relatées par Tel Quel en septembre 2009, des opérations de pulvérisation d’herbicide au sol par des ouvriers armés de réservoirs portatifs ont été menées pour éradiquer le kif dans la région de Taounate. Mais habituellement, les autorités se contentent d’éradiquer les plantations à la faucille, à la tronçonneuse ou au tracteur. Ces méthodes « douces » facilitent aussi bien sûr les arrangements…

Le drame de l’histoire, c’est que les paysans de cette région n’ont pas réellement d’alternatives. Sans cet or vert, les Rifains vivraient dans une misère noire. La région est l’une des plus densément peuplées du pays (124 habitants au kilomètre carré contre 37 en moyenne dans le Royaume) et les terres y sont parmi les plus ingrates : relief accidenté, sols pauvres, précipitations aléatoires et une irrigation balbutiante… Rien ne pousse bien ici, sauf le kif ! Abdallah Madani, président de l’association de développement de Beni Ahmed Charquia résume la situation : « Cette année, le blé a eu un très mauvais rendement. Les oliviers et les figuiers ne servent qu’à la consommation personnelle. Ici, le cannabis est la seule source stable de revenus… »

Après les émeutes, les hélicos

Pourtant cette culture dĂ©grade aussi les sols, mais elle a permis – mĂŞme si l’écrasante majoritĂ© des revenus qu’elle gĂ©nère finit dans les poches des barons et des trafiquants europĂ©ens – la relative prospĂ©ritĂ© d’une rĂ©gion dĂ©shĂ©ritĂ©e…  Il y a trente ans, entre Bab Taza et  Beni Ahmed Charquia, la spĂ©cialitĂ© locale, ce n’était pas le kif mais les poux et la galle. L’échec des cultures de substitution, la corruption des policiers et la pression internationale ont provoquĂ© une escalade dans la stratĂ©gie de rĂ©pression. Après les Ă©meutes de Bab Berred, les autoritĂ©s semblent avoir choisi de frapper l’imagination en s’attaquant Ă  des zones isolĂ©es (il y a moins de risques de rĂ©voltes) avec des moyens spectaculaires. Comme le note un observateur averti de la rĂ©gion : « Utiliser des hĂ©licoptères, c’est montrer que l’Etat a la maĂ®trise du ciel. C’est du domaine de la symbolique. »

Mais les produits utilisĂ©s sont tout sauf symboliques. On ignore encore quel pesticide a Ă©tĂ© employĂ© et nos demandes en ce sens au ministère de l’IntĂ©rieur sont Ă  ce jour restĂ©es sans rĂ©ponse. Il est possible, selon des spĂ©cialistes contactĂ©s, qu’il s’agisse du Roundup, un herbicide qui a dĂ©jĂ  Ă©tĂ© utilisĂ© par aspersion aĂ©rienne  pour dĂ©truire les champs de coca en Colombie. Ce produit est contestĂ© par des scientifiques pour ses effets secondaires potentiellement nocifs. Mais quel que soit le pesticide utilisĂ©, il n’a pas contaminĂ© que le kif.  En voulant s’attaquer Ă  des cultures illĂ©gales avec des moyens nĂ©fastes pour la santĂ© des populations, les autoritĂ©s adoptent Ă  leur tour un comportement immoral et dangereux.

Éric Le Braz, photos Brahim Taougar

(1) Les prénoms des personnes interrogées ont été changés.

« C’est un crime contre l’humanité »

Le professeur Belpomme a révélé un empoisonnement aux herbicides aux Antilles en 2004. Il est devenu depuis un spécialiste des risques sanitaires liés à l’emploi de produits chimiques sur les terres agricoles.

ACTUEL. Y a-t-il des herbicides chimiques sans danger pour l’homme ?

DOMINIQUE BELPOMME. Je n’en connais pas. Je ne connais pas de pesticides sans risque pour la faune, la flore et la santĂ© humaine. Par dĂ©finition, d’ailleurs, un pesticide entre dans le cadre des biocides, du latin « qui tue la vie ». Les herbicides, raticides, fongicides, insecticides, etc. sont tous des pesticides, un terme qui Ă©tymologiquement veut dire « qui supprime la peste ». Les premiers pesticides chimiques ont Ă©tĂ© crĂ©Ă©s dans les annĂ©es 30, profitant de la recherche sur les armes chimiques durant la Première Guerre mondiale. Les industriels les ont baptisĂ©s du nom politiquement correct de « produits phytosanitaires ». Les plus dangereux Ă©taient les organochlorĂ©s (aujourd’hui interdits), puis il y a eu les organophosphorĂ©s et maintenant  d’autres dont on ne connaĂ®t pas encore tous les effets secondaires, comme le Roundup, Ă  base de glyphosate.

Quelles peuvent être les conséquences des épandages aériens de pesticides qui ont lieu dans le Rif ?

C’est scandaleux, inacceptable ! Il y a d’abord les consĂ©quences sanitaires. Cela va contaminer les habitants, mĂŞme ceux qui ne se trouvaient pas directement dans la zone visĂ©e. En effet, les neuf dixièmes du produit restent dans l’air. Puis cela va contaminer les eaux (les puits, l’oued), sachant que certains pesticides ont une rĂ©manence de près de 100 ans. Dans le cas du Roundup, il n’y a aucun moyen de le dĂ©grader. Ainsi, l’herbicide va Ă©galement contaminer les sols, les rendant infertiles. En tuant les bactĂ©ries, les champignons, les insectes, les vers qui  fabriquent l’humus, il stĂ©rilise les sols. L’abus de pesticides est un vĂ©ritable crime contre l’humanitĂ©.

Propos recueillis par A.C.

 

Interview de Abdallah Eljout
Elu PAM dans la commune de Bab Berred

« Arrêtons de stigmatiser le paysan rifain ! »

Abdallah Eljout recentre le débat. Rencontré à Rabat, ce diplômé de Sciences Po propose une analyse fine des enjeux du kif dans une zone où il est cultivé depuis cinq générations…

L’utilisation des hélicoptères le 29 juin 2010 annonce-t-elle une nouvelle forme de lutte contre le kif ?

Les  hĂ©licoptères qui arrosent les champs de kif par des produits chimiques alors que les douars sont habitĂ©s, c’est prĂ©occupant, et ce n’est pas une bonne idĂ©e...

Avec les opérations à Bab Berred puis à Beni Ahmed Charquia, est-ce que la repression ne se focalise pas sur les petits producteurs ?

ABDALLAH ELJOUT : Les deux faits sont diffĂ©rents, cependant dans l’explication du problème du kif, nous hĂ©ritons d’une vision tronquĂ©e, car les Ă©tudes faites sur commande par une association au profit de l’agence du Nord manquent de pertinence.  Cette association avait l’habitude de travailler avec les agriculteurs du Gharb, mais le kif n’est pas le blé ! En sciences sociales, le choix des indicateurs de mesure  conditionnent les rĂ©sultats trouvĂ©s, alors en se focalisant plus sur la surface totale annuelle cultivĂ©e, on a surdĂ©terminĂ© la dimension paysanne du problème, et, plus grave, on a occultĂ© les autres acteurs. La question essentielle est : A qui profite le kif ? La monographie sur commande n’a pas vocation Ă  rĂ©pondre Ă  cette question.
La stigmatisation, voire la diabolisation du paysan rifain, est une idĂ©e simpliste, parce que la visibilitĂ© sociale de ce dernier, permet aux autres protagonistes autrement plus futĂ©s de continuer Ă  faire de bonnes affaires. Il est temps donc de changer de paradigme pour forger un modèle de lutte  davantage centrĂ© sur les flux financiers. Le kif est un phĂ©nomène complexe, car il est Ă  la fois une culture vivrière – c’est sur ce point qu’a insistĂ© le plus l’Agence du Nord ; mais il est aussi un commerce juteux dĂ©jĂ  mondialisĂ©, un modèle de rĂ©ussite sociale et une activitĂ© gĂ©nĂ©ratrice de revenus dans des zones de relĂ©gation urbaine, y compris en Europe.

Quelles sont les nouvelles tendances en matière de lutte contre la culture du kif ?

Difficile de dessiner la trame de l’évolution des politiques de lutte, il faut noter que le contexte a changĂ© avec trois faits majeurs : tout d’abord, la faillite des cultures de substitution, il faut privilĂ©gier les activitĂ©s de service perçues comme une avancĂ©e par la population. Ensuite, on constate plus de vigueur dans l’action de l’Etat marocain pour limiter les surfaces cultivĂ©es, et aussi un intĂ©rĂŞt perceptible pour surveiller les transporteurs et autres logisticiens ; car on assiste Ă  une sorte de spĂ©cialisation dans « les mĂ©tiers » du kif et une reconfiguration du rapport de force entre les acteurs. Enfin, l’Etat doit faire face aux nouveaux discours « lĂ©galisateurs » de plus en plus audibles qui ne manquent pas d’arguments. Les militants  lĂ©galisateurs ont beau jeu de prĂ©senter le kif comme  un moyen qui permet une vie « digne » en l’absence d’une alternative. Ils affirment Ă©galement qu’en termes de toxicitĂ©, l’alcool est plus dangereux que le kif, et Ă©voquent ouvertement une lĂ©galisation sous conditions.

Votre parti n’a pas toujours été contre la légalisation…

Pas si vite, il a été évoqué lors de la campagne des municipales un débat national car ceci est un sujet à débattre, les autres partis taisent les problèmes, c’est une question de posture.

Dans cette affaire, quel est d’après vous le rôle de l’Union européenne ?

L’Europe porte sa part de responsabilité. Elle se veut une référence normative sur les plans moraux et juridiques, pour peu, elle nous suggère une nouvelle mission civilisatrice destinée au paysan rifain afin de l’aider à enter dans l’Histoire ! Mais les plus grands trafiquants, me semble-t-il, sont en Europe... Par ailleurs, elle veut aller vite, en oubliant qu’il y a une logique de temporalité sociale locale qu’il faut respecter pour éviter les incidents. L’Europe semble gérer le côté symbolique, à savoir une certaine date butoir plus ou moins extensible ; le Maroc gère les problèmes réels : une région marginalisée et sensible, une population locale pauvre et sans perspective, et un climat tendu, c’est toute la différence. J’ai une crainte, quant à moi, du retour des vieux démons : immigration clandestine et intégrisme, car beaucoup de paysans se cachent du fait qu’ils sont recherchés.

En tant qu’élu de la région, que proposez-vous ?

J’ai appris qu’on fait la politique de sa géographie. Donc la reconversion des zones du kif peut être un formidable projet de la politique de voisinage. Pour le financement, il suffit de taxer seulement d’un dirham chaque transfert d’argent vers le Maroc, pour créer un fonds destiné à l’initiative économique dans la région.

Propos recueillis par E.L.B.


La guerre ambiguë de l’Etat contre le kif

Entre laisser-faire et répression aveugle, le Maroc peine à trouver la juste voie. Il faudra bien désamorcer la « bombe à retardement » du Rif…

***

Grande nouvelle : selon le dernier rapport de l’ONUDC, l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC), le Maroc ne serait plus le premier producteur de haschich (résine de cannabis) dans le monde, il a été détrôné par l’Afghanistan. Cependant, le Royaume reste le principal fournisseur de l’Europe. Cet état de fait – alors même que, contrairement à l’Afghanistan, les producteurs et trafiquants ne profitent pas de l’anarchie générée par une guerre – soulève bien des interrogations... Et quand on s’intéresse à toute la littérature onusienne officielle de ces dernières années, on se rend compte que le Maroc a longtemps hésité à prendre parti, coincé entre Charybde et Scylla, entre les exigences de la communauté internationale et le rôle de bouche-trou économique et social joué par le cannabis dans le Rif.

En effet, la culture du cannabis dans le Rif, à une échelle évidemment bien moindre qu’aujourd’hui, remonterait à l’arrivée des immigrants arabes, à partir du VIIe siècle, dans la région de Ketama. Par la suite, le pouvoir central, le Makhzen comme l’administration coloniale, ont toléré sa culture par quelques tribus et douars, pour leur consommation personnelle : il s’agissait d’amadouer les remuants habitants du Rif, une région qui faisait traditionnellement partie du bled es-siba. En fait, Abdelkrim el Khattabi, pour qui le kif était « haram », est le seul à avoir presque réussi à interdire la production du cannabis. Après l’indépendance, la culture reste relativement circonscrite jusque dans les années 60. A la fin des années 70, la région, plus ou moins abandonnée à son sort par l’Etat, n’est pas épargnée par la crise économique. Avec le développement de la demande européenne, de plus en plus de paysans se tournent vers la culture du cannabis, et sa transformation en haschich (avant les années 60, le Rif ne produisait que de l’herbe).

Entre 1980 et le début des années 2003, les surfaces cultivées passent de 10 000 à plus de 130 000 hectares, faisant du Maroc le premier producteur mondial de haschich, alors même que le Maroc a ratifié les différentes conventions onusiennes contre la production et le trafic de drogues. Hassan II déclare en 1992 « une guerre contre la drogue », alors que le gouvernement, rapporte le chercheur au CNRS Pierre-

Arnaud Chouvy, n’hésite pas à nier l’importance de la production marocaine. Ainsi, Abderrahmane Youssoufi déclarait sans sourciller, en 1998 au cours de la Session spéciale des Nations unies consacrée aux drogues (UNGASS) que le problème des drogues au Maroc est « surtout celui du transit de substances illicites » ! Il faut dire que le Rif accumule les handicaps : ses terres sont peu fertiles mais très peuplées, il a été sciemment laissé de côté par Hassan II, et il ne bénéficie presque pas de la manne touristique qui a profité à d’autres régions du pays. En 2003, le premier rapport de l’ONUDC sur le Maroc démontre à quel point le Rif, sans jeu de mots, est véritablement devenu une usine à kif, et la culture du cannabis, qui fait vivre 100 000 familles, le principal moteur économique de la région (et une très importante source de devises).

Virage à 180 degrés

L’économiste Kenza Afsahi évoque donc, en 2005, un « statu quo », garantie de paix sociale et économique pour l’Etat, puisque selon elle, il est impossible que le phénomène ait pris cette ampleur sans l’assentiment au moins tacite des autorités marocaines. De même, elle met en garde contre la « bombe à retardement » que la non-gestion de cette situation a créée, et contre une politique d’éradication non adaptée.

Cependant, entre 2003 et 2005, le gouvernement semble faire un virage Ă  180 degrĂ©s en dĂ©cidant de s’attaquer Ă  la culture et au trafic de cannabis : selon l’ONUDC, la superficie des cultures de cannabis au Maroc a chutĂ© de 134 000 hectares en 2003 Ă  72 500 hectares en 2005. Les projets de dĂ©veloppement dans le Nord se multiplient ; notamment avec le lancement de l’INDH, l’État met en avant des « programmes de substitution », encourageant les paysans Ă  abandonner le kif contre des cultures alternatives et subventionnĂ©es. Il se dote d’une UnitĂ© de coordination de la lutte anti-drogue (UCLAD) et d’une Commission nationale des stupĂ©fiants. L’Organe international de contrĂ´le des stupĂ©fiants, (l’OICS) chargĂ© de surveiller l’application des conventions de lutte contre la drogue, remarque dans son rapport 2010 « les progrès sensibles »  accomplis par la Maroc dans ce domaine.

Si dans le mĂŞme rapport, l’OICS note que « la coopĂ©ration du gouvernement marocain avec lui s’est amĂ©liorĂ©e », l’organisation n’omet pas de prĂ©ciser que les chiffres citĂ©s proviennent des autoritĂ©s marocaines, aucune mission indĂ©pendante n’ayant enquĂŞtĂ© sur le terrain depuis 2005 et le dĂ©part de l’UNODC. L’office onusien a quittĂ© le Maroc cette annĂ©e-lĂ , sans donner d’explications officielles (officieusement, les financements extĂ©rieurs dont dĂ©pendait l’antenne n’ont pas Ă©tĂ© reconduits). D’autre part, l’OICS termine en soulignant « que de sĂ©rieux problèmes subsistent. Le Maroc demeure l’un des pays du monde oĂą la culture illicite de cannabis est très rĂ©pandue et il est une importante source de cannabis et de rĂ©sine de cannabis d’origine illicite, en particulier pour l’Afrique du Nord et l’Europe occidentale ». Les Ă©pandages aĂ©riens d’herbicides sont-ils une manière pour le gouvernement de radicaliser la lutte contre le kif afin d’arriver Ă  son objectif d’un Rif sans kif en 2018 ? Il semble surtout que ce soit une manière d’armer cette fameuse « bombe Ă  retardement ».

Amanda Chapon

(1)            Production de cannabis et de haschich au Maroc : contexte et enjeux de Pierre-Arnaud Chouvy (CNRS-Prodig) 
www.geopium.orgL’espace politique
 Revue en ligne de gĂ©ographie politique et gĂ©opolitique 
N° 4 (Varia) – 2008

 

La révolte de Bab Berred

Le 10 avril 2010, des gendarmes tentent de fouiller une maison à Bab Berred. Mais la paysanne a peur de se faire racketter et refuse l’entrée de son domicile. Les voisins accourent pour la soutenir. Les gendarmes renoncent alors à leur perquisition. Mais ils reviennent le lendemain à l’aube en prétextant que la paysanne doit cacher des armes ; ils cassent la porte et ne trouvent rien.

La nouvelle se rĂ©pand comme une traĂ®nĂ©e de poudre. En quelques heures, entre 5 000 et 10 000 habitants du douar se rassemblent dans la rue principale du gros bourg. Ils hurlent leur colère et entonnent des slogans explicites et subtils : « Oh, quelle honte, le Makhzen est voleur », « Le roi c’est notre roi, le gouverneur c’est notre ennemi ».  Ils crient aussi « Vive le roi » en dĂ©filant avec des drapeaux marocains. Un dĂ©putĂ© PJD passe par lĂ . Ils le sortent du vĂ©hicule. Il s’empresse de soutenir la manif. « Alors va le dire Ă  tout le monde », lui lancent les paysans qui le hissent sur une fourgonnette oĂą il doit s’acquitter d’un discours de soutien.

Les gendarmes se retranchent dans leur caserne. La foule encercle le bâtiment. Les gendarmes effrayés tirent en l’air à quatre reprises. Les manifestants se dispersent… Il y a d’autres cibles. Le caïd est insulté. Le maire s’enfuit avec ses adjoints. Seuls quelques élus locaux restent.

Cette flambĂ©e de colère spontanĂ©e est intervenue après de nombreuses arrestations. Et selon les tĂ©moins, elle a Ă©tĂ© provoquĂ©e par un sentiment d’humiliation. Après les brimades et les descentes policières, ils n’ont pas supportĂ© en prime d’être accusĂ©s de receler des armes. Comme dit l’un d’eux : « Pourquoi, on achèterait des fusils, alors qu’on peut acheter un flic pour 50 dirhams ? » Tandis qu’un hĂ©lico, c’est beaucoup moins corruptible…  E.L.B.

Substitution, c'est ratĂ© !

LĂ©galisation, pour quand ?

Problèmes de rentabilité, de mentalités, de sols inadaptés... les obstacles au remplacement du kif persistent.

***

Avant de radicaliser dramatiquement son action en utilisant l’épandage aérien d’herbicides, le gouvernement, mais aussi l’UE, et des associations comme l’ONG espagnole CERAI, ont essayé de mettre en place des projets de développement alternatifs. Le principe est séduisant : les paysans se tournant vers le kif parce que celui-ci est plus avantageux (il rapporte 6 à 7 fois plus que l’orge), il s’agit de leur proposer des cultures de substitution, et de les inciter à cultiver l’olivier, l’amandier, le figuier ou les fleurs, qui ont l’avantage d’être aussi rentables, voire plus, que le cannabis. Ou encore de se lancer dans l’élevage de chèvres, dans l’apiculture, etc. Pour les encourager, un programme d’aides et de subventions a été mis en place, comprenant des dons de plants, l’appui aux cultures vivrières, des aides à l’irrigation, etc. Cependant, la culture du kif continue à être le choix de prédilection des paysans du Rif.

Demande d’un débat national

Pourquoi un tel échec ? Parce que les terres rifaines ne sont pas propices à l’agriculture, parce que les paysans ne peuvent pas attendre plusieurs années avant que l’olivier ou le figuier ne commencent à produire, parce qu’à la différence du kif, les prix ne sont pas garantis et les paysans à la merci d’intermédiaires, et parce que la culture du cannabis fait désormais partie de la culture rifaine… voici quelques-unes des explications avancées par les ONG. Pire : comment un tel programme pourrait-il fonctionner quand il n’est même pas appliqué efficacement ? Un élu nous a raconté avoir demandé des oliviers pour une dizaine d’agriculteurs prêts à tenter l’expérience en novembre dernier. Il attend toujours…

Du coup, des voix se font entendre qui demandent la légalisation du cannabis au Maroc, ou du moins un débat national sur le sujet. Ces voix ne sont pas à cours d’arguments, et se réfèrent le plus souvent aux Pays-Bas : la légalisation attirerait plus de touristes (et de devises), génèrerait des recettes fiscales importantes. Surtout, une dépénalisation mettrait fin aux trafics qui permettent aux barons de se faire construire des maisons cossues. Enfin, une fois les cultures régulées par l’État, fini la déforestation catastrophique du Rif, l’utilisation de substances douteuses pour couper le haschich, et last but not least, la corruption qui gangrène le Nord, administrations comprises. Trop beau pour être vrai ?

A.C.


Billet Le paradoxe rifain

Il y a près d’un siècle, les États-Unis adoptaient une loi sur la prohibition de l’alcool qui a fait la fortune des mafias et des gangsters. L’échec patent de cette politique a débouché sur l’abolition de la loi. Mais l’expérience n’a pas servi de leçon. Les États-Unis ont interdit l’usage des drogues… pour le grand bonheur des narcotrafiquants.

Les substances addictives made in USA comme l’alcool ou le tabac sont tolérées par l’oncle Sam mais pas la coke et la marijuana qui poussent au sud du Rio Grande. C’est l’économie du Nord qui dicte sa loi aux pays du Sud. L’Europe impose aujourd’hui au Maroc la même doctrine. Elle protège ses vins AOC mais interdit le haschich rifain. Au passage, elle permet à ses mafias d’encaisser 90 % du revenu généré par le kif, laissant des quignons de pain aux barons marocains et des miettes aux cultivateurs.

Cependant rien n’est inĂ©luctable, et c’est toujours en AmĂ©rique que le vent tourne.  Richard Posner, l’un des plus prestigieux reprĂ©sentants de la très libĂ©rale Ă©cole de Chicago, a qualifiĂ© la politique anti-drogue de son pays de « chimĂ©rique » au nom d’un pragmatisme Ă©conomique – car il est impossible d’appliquer la loi – et d’une posture morale : pourquoi criminaliser un produit qui n’est pas plus nocif que d’autres pourtant autorisĂ©s ? Et qui a mĂŞme des vertus mĂ©dicales ! Après la Californie en 1996, douze États amĂ©ricains ont autorisĂ© l’usage thĂ©rapeutique de la marijuana. Les mĂ©decins prescrivent le cannabis pour soulager les douleurs des cancĂ©reux et combattre les troubles les plus variĂ©s : de l’insomnie aux maux de tĂŞtes en passant par les syndromes prĂ©menstruels ! Il y avait dĂ©jĂ  le french paradox : les Français buveurs de vin Ă©taient moins sujets aux troubles cardiovasculaires. Il pourrait y avoir le paradoxe rifain, si le cannabis se rĂ©vèle bon pour la santĂ©... contrairement aux herbicides.

Eric Le Braz

| More
Archives Dossier
N°173 : Train de vie de l’Etat : Ces agences inutiles et budgĂ©tivores
N°172 : Hopital public : Grand corps malade en quete de soins 
N°171 : Les rendez-vous manquĂ©s de la dĂ©mocratie 
N°170 : Royal Air Maroc : Champion du monde du redressement  
actuel N°169 : Fiscalité  du  tabac : Une rĂ©forme incomplète  
N°168 : Cannabis :  Une lĂ©galisation qui rapporterait 20 milliards...
N°167 : Chabat est-il fou 
N°166 : Les naufragĂ©s de Comarit 
N°164/165 : Justice et libertĂ© : DĂ©tention prĂ©ventive  
N°163 : Loi de Finances 2013 : Le  budget de  tous  les dangers  
N°162 : Sortir de l’hypocrisie 
N°161 : Abdelkrim : Genèse d’une interview historique 
N°160 : Ecoles privĂ©es : El Ouafa s'en va-t-en guerre  
N°159 : Ex-prisonniers du Polisario : Voyage au bout de l’enfer  
N°158 : RentrĂ©e sociale :  Les syndicats pointent une concertation en trompe l'oeil
N°157 : Binationaux : J’ai deux amours...  
N°155 : Emigration : Entre rĂŞve et dĂ©sillusion 
N°154 : MRE : Ils sont rentrĂ©s, ils ont rĂ©ussi  
N°153 : 50 Marocains Ă  la conquĂŞte du monde 
N°152 : Mohammed VI : StratĂ©gie gagnante 
N°151 : Economie 2000-2012 : le grand virage 
N°150 : Ramadan : Le pĂ©ril jeĂ»ne  
N°149 : OĂą s’amuser cet Ă©tĂ© 
N°148 : Couples mixtes : Amours sans frontières  
N°147 : Pourquoi ne peut-on plus voir le nu en peinture ? 
N°146 : La dĂ©ferlante des malls 
N°145 : Quand le Maroc Ă©tait amĂ©ricain 
N°144 : L’universitĂ© se privatise 
N°143 : Cheikh Maghraoui :  Cet homme est dangereux
N°142 : Affaire Benallou :  Une nouvelle bombe Ă  retardement
N°141 : Etre Noir au Maroc 
N°140 : Faut-il abandonner le français ? 
N°139 : Entretien avec Hamid Benalfdil : DG du CRI du Grand Casablanca.
N°138 : Le sexe au temps du cĂ©libat 
N°137 : ONG: La face cachĂ©e de la sociĂ©tĂ© civile
N°136 : Le modèle turc : Mythe ou rĂ©alitĂ© ?
N°135 : Caisse marocaine des retraites : La bombe Ă  retardement
N°134 : Qui a tuĂ© Amina ? 
N°133 : Moralisation de la vie publique : Le spectre de la campagne d’assainissement plane
N°132 : DĂ©linquance :  Le Maroc a peur
N°131 : 14 femmes  pour Benkirane
N°130 : Le rĂ©veil des salafistes  Demain la charia ?
N°129 : Dilapidation des deniers publics:  Benallou et l'ONDA... pour commencer
N°128 : DSK   Le marocain
N°127 : Conservation foncière : pièges, magouilles, corruption
N°126 : Les enfants perdus  de Casablanca
N°125 : PJD  Les rois du marketing
N°124 : Le 20-FĂ©vrier s'essoufle...  mais le Maroc bouillonne
N°123 : Protectorat,   Cent ans sans solitude
N° 122 : Formation du gouvernement,  Ca coince et ca grince
N°121 : Portables, Internet, documents biomĂ©triques…  Flicage, mode d’emploi
N° 120 : Sondage exclusif :  Benkirane, Monsieur 82%
N°119 : Pourquoi le Maroc ne sera pas   islamiste
N°118 : Mohammed VI versus al-Assad,   Au nom du père
N°117 : Gouvernement :   Cabinets ministĂ©riels, de l’ombre Ă  la lumière
N°116 : Plan social :  les sacrifiĂ©s de la RAM
N°115 : Coup d’Etat :   Skhirat, L’histoire du putsch revue et corrigĂ©e
N°114 : Politique fiction  Et le gagnant est ...
N°113 : Le dernier combat de   Mohamed Leftah
N°112 : Portrait Abdelbari Zemzmi
N°111 : Harcèlement sexuel et moral  Un sport national
N°110 : Bilan  Le code de la dĂ©route
N° 109 : L’ONDA  Grosses tensions et petites combines
N°108 : Placements Comment sauvegarder son patrimoine  
N°107 : ImpĂ´t sur la fortune El Fassi lance un pavĂ© dans la mare  
N° 106 : Interview 
N° 104/105 : Presse Ă©trangère/Maroc Le grand malentendu  
N°103 : Le temps de l’amazigh  
actuel 102 : RĂ©fĂ©rendum Ecrasante victoire du Oui  
actuel 101 : FatĂ©ma Oufkir : Le roi et moi 
N°100 : 100 indignations et 100 solutions pour le Maroc 
N°99 : Projet constitutionnel Le roi et nous  
N° 98 : PĂ©dophilie  : Tolerance zero 
N° 97 : Gad, Jamel & co Pourquoi les Marocains font rire le monde
N° 96 : L’horreur carcĂ©rale 
N° 95 : Enseignement privĂ© : Le piège  
Actuel n°94 : Moi, Adil, 25 ans, marchand de chaussures et terroriste  
N°93 : Ces cliniques qui nous ruinent 
Actuel n°92 : Il n’y pas que le 20-FĂ©vrier…  
Actuel n°92 : Qui cherche Ă  dĂ©stabiliser le pays ?  
Actuel n°92 : Â«â€‰Nos attentes sont plus grandes que le 20-FĂ©vrier »  
Actuel n°92 : Trois jeunesses 
Actuel n°92 : Attentat : Le jeudi noir de la ville ocre  
Actuel n°92 : RĂ©volutions et attentats Sale temps pour Zenagui 
Actuel n°92 : Mais que veulent les jeunes ? 
Actuel n°91 : Le grand nettoyage 
Actuel n°90 : Le retour des adlistes 
Actuel n°89 : Ruby : sexe, mensonges et vidĂ©o 
Actuel n°88 : ImpĂ´ts : Halte Ă  la fraude 
Actuel n°87 : Hassan II TV c’est fini 
Actuel n°86 : Marine Le Pen : L’islam, les Arabes et moi 
Actuel n°85 : Vive le Maroc libre 
Actuel n°84 : Rumeurs, intox : Ă  qui profite le crime ? 
Actuel n°83 : ET MAINTENANT ? Une marche pour la dĂ©mocratie
Actuel n°81 : Sale temps pour les tyrans 
Actuel N°72 : Aquablanca : La faillite d’un système  
Actuel n°69-70 : Benguerir sur les traces de Settat 
Actuel n°68 : Art, sexe et religion : le spectre de la censure 
Actuel n°67 : Dans les entrailles de Derb Ghallef 
Actuel n°66 : Ces FQIHS pour VIP 
Actuel n°65 : RNI, le grand politic show 
Actuel n°64 : Bourse de Casablanca, des raisons d’espĂ©rer 
Actuel n°63 : Ex-ministres :  y a-t-il une vie après le pouvoir ?
Actuel n°62 : Le code de la route expliquĂ© par Ghellab
Actuel n°61 : La vie sexuelle des Saoudiennes… racontĂ©e par une Marocaine
Actuel n°60 : Chikhates, shit et chicha 
N°59 : Eric Gerets, la fin du suspense ?
N°58 : Onze ans, onze projets 
N°57 : Raid sur le kif 
N°56 : Sea, Sun & Ramadan 
N°55 : Casablanca, mais qui est responsable de cette pagaille ?
N°54 : Ces ex-gauchistes qui nous gouvernent 
N°53 : Au cĹ“ur de la prostitution marocaine en Espagne 
N°52 : DiplĂ´mĂ©s chĂ´meurs : le gouvernement pris au piège
N°51 : 2M : Succès public, fiasco critique
N°50 : L’amĂ©rique et nous 
N°49 : Crise, le Maroc en danger ?
N°48 : Les 30 Rbatis qui comptent 
N°47 : Pourquoi El Fassi doit partir 
N°46 : Chirurgie esthĂ©tique :  plus belle, tu meurs
N°45 : McKinsey dans la ligne de mire  
N°44 : Trafic sur les biens des Ă©trangers 
N°43 : Avec les Ă©vadĂ©s de Tindouf 
N°42 : GCM / Tamesna : Un scandale en bĂ©ton !
N°41 : ONA - SNI: Ils ont osĂ©
N°40 : Enseignement: Missions Ă  tout prix
N°39 : Le Maroc, terre d'accueil des espions 
N°38 : Bleu Blanc Beurk 
N°37 : Boutchichis Les francs-maçons du Maroc
N°36 : Hamid Chabat rĂ©veille les vieux dĂ©mons
N°35 : Vies brisĂ©es 
N°34 : Maires Ceux qui bossent et ceux qui bullent
N°33 : Botola Combien gagnent nos joueurs
N°32 : Sexe, alcool, haschich, jeux… Les 7 vices des Marocains
N°31 : Tanger Le dossier noir des inondations
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter