EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
Presse Ă©trangĂšre/Maroc Le grand malentendu  
actuel n° 104/105, vendredi 22 juillet 2011
| More

Le monde se forge une image du Maroc Ă  travers le rĂ©cit de ses journalistes. Certains titres respectables dĂ©crivent ce qu’ils voient, tandis que d’autres virent au sensationnalisme. Analyse.


***

Comme les choses Ă©taient plus simples avant, Ă  l’époque de Hassan II oĂč les titres de la presse Ă©trangĂšre, interdits de sĂ©jour pour beaucoup d’entre eux, cherchaient par tous les moyens Ă  brocarder la monarchie, Ă©corchant au passage ces Marocains « serviles » qui se laissaient conter des histoires.

Le monarque dĂ©funt se plaisait alors Ă  inviter un panel impressionnant de journalistes Ă©trangers qu’il faisait suer lors de joutes oratoires restĂ©es cĂ©lĂšbres. Dans une interview au quotidien parisien Le Figaro du 29 avril 1996, Hassan II rĂ©sumait ainsi ce grand malentendu : « Nous les Musulmans, nous sommes allĂ©s nous frotter Ă  la culture occidentale, qu’elle soit europĂ©enne ou amĂ©ricaine.

Nous connaissons bien vos religions. Vous ne connaissez rien de la nĂŽtre. Comparez le nombre d’Arabes qui connaissent votre langue et le nombre de Français qui connaissent la nĂŽtre. »

Quand Hassan II conduisait ces opĂ©rations de sĂ©duction, frĂ©quentes tout le long de son rĂšgne, Driss Basri, lui, se faisait un plaisir de mener les journalistes Ă©trangers en bateau et souvent au sens propre du terme (avec sorties en pleine mer !).

Le tout-puissant vizir de Hassan  II qui cumulait les fonctions de ministre de l’IntĂ©rieur et de l’Information, invitait souvent des journalistes Ă©trangers Ă  qui il faisait faire le tour du propriĂ©taire sur le ton de celui qui n’a rien Ă  cacher.

Le landernau journalistique international Ă©tait friand de ces « off » dont bruissait le Makhzen, d’oĂč le nombre de journalistes et de directeurs qui se bousculaient au portillon. Et quand des reportages peu glorieux pour la corporation Ă©taient publiĂ©s dans les journaux de la mĂ©tropole, on leur tombait dessus dans les rĂ©dactions.

Une presse Ă©trangĂšre suspicieuse

Au cours de ses fonctions peu compatibles de ministre de l’IntĂ©rieur et de l’Information, Driss Basri a rarement maniĂ© le bĂąton. La carotte,’ si. Les sĂ©jours Ă  la Mamounia et les riads acquis Ă  Marrakech pour quelques kopecks en tĂ©moignent.

De temps Ă  autre, une polĂ©mique un peu musclĂ©e Ă©clatait de l’autre cĂŽtĂ© des frontiĂšres, comme ce fut le cas avec le centre de dĂ©tention de Tazmamart dont Hassan  II a niĂ© l’existence jusqu’à sa mort.

RĂ©sultat, une bonne partie des journalistes qui n’étaient pas forcĂ©ment prĂȘts au compromis et qui faisaient le dĂ©placement se sentaient flouĂ©s, d’oĂč la rupture consommĂ©e entre eux et le Royaume de Hassan II.

Le malheur des uns faisant souvent le bonheur des unes journalistiques, nombre de professionnels n’ont fait aucun effort pour tenter de comprendre s’il y avait eu depuis un vĂ©ritable changement.

RĂ©sultat des courses, tout ce qui se passe chez nous est toujours l’objet de fortes suspicions de la presse Ă©trangĂšre qui continue d’en analyser l’actualitĂ© Ă  travers le filtre du Maroc hĂ©ritĂ© de Hassan II.

Les mĂ©dias europĂ©ens cĂšdent-ils toujours aussi facilement Ă  des accĂšs d’antimarocanisme primaire, comme c’est le cas dans une partie de la presse espagnole ? Pour le moment, il semble que l’exercice continue Ă  faire des adeptes ; en tĂ©moignent les angles d’attaque des reportages de France 24 ou encore les sorties de chroniqueurs vedettes comme Eric Zemmour.

« A mon avis, on ne peut pas accuser toute la presse Ă©trangĂšre d’avoir une attitude de partialitĂ©, mais il faut reconnaĂźtre qu’il y a une tendance Ă  traiter les Ă©vĂ©nements du Maroc par la lorgnette du sensationnel, par des correspondants qui viennent au Maroc, dont quelques-uns ne connaissent pas du tout le pays, alors que d’autres dĂ©barquent avec des idĂ©es prĂ©conçues ou cherchent Ă  vendre, sans respect des normes du mĂ©tier », explique YounĂšs Moujahid, le secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral du Syndicat national de la presse marocaine.

Moujahid, qui a assurĂ© pendant des annĂ©es la correspondance pour l’agence EFE, avait dĂ©missionnĂ© aprĂšs le fameux bidonnage des Espagnols qui avaient fait passer la photo d’un enfant palestinien dĂ©cĂ©dĂ© pour une victime des Ă©vĂ©nements de LaĂąyoune.

« J’ai dĂ©missionnĂ© de l’agence de presse espagnole EFE pour des raisons de dĂ©ontologie, et j’ai demandĂ© des dommages en me basant sur la clause de conscience, qui autorise les journalistes Ă  quitter l’entreprise de presse si elle ne respecte pas la charte rĂ©dactionnelle, ce qui Ă©tait justement le cas pour EFE vis-Ă -vis du Maroc.

Mon objectif Ă©tait de dĂ©montrer que des mĂ©dias, mĂȘme publics, qui ont pourtant une charte rĂ©dactionnelle et prĂ©tendent respecter la dĂ©ontologie, ne sont pas Ă  la hauteur de leur engagement, surtout quand il s’agit du Maroc. »

DĂ©graissage des troupes

Il faut aussi relever un Ă©lĂ©ment objectif qui explique un peu cette difficultĂ© des mĂ©dias Ă©trangers Ă  apprĂ©hender des rĂ©alitĂ©s locales qui Ă©chappent souvent aux schĂ©mas de lecture classiques : les correspondants des journaux, agences de presse et chaĂźnes europĂ©ennes en poste au Maroc se comptent dĂ©sormais sur les doigts de la main.

A part les Espagnols dont les effectifs sont en augmentation constante, Sebta et Melilia obligent, les médias des autres pays ont opéré depuis quelques années un vaste dégraissage de leurs troupes au Maroc.

Le journaliste El Hamraoui, qui a travaillĂ© pour l’AFP, a vu les effectifs de cette agence (et des autres agences installĂ©es) Ă  Rabat se rĂ©duire : « Les dĂ©graissages ont commencĂ© dĂšs le dĂ©but des annĂ©es 2000, avec le dĂ©part d’Ignace Dalle.

On a vu fondre ces effectifs avec les annĂ©es. Et ceux qui partent Ă  la retraite ne sont pas remplacĂ©s. » RĂ©sultat, les sujets de fond sur le Royaume se rarĂ©fient et nombre d’entre eux sont façonnĂ©s dans les capitales europĂ©ennes, oĂč les journaux et les chaĂźnes ne sont pas trĂšs regardants sur la matiĂšre fournie par des pigistes payĂ©s au lance-pierres.

Pour mieux comprendre la persistance actuelle de ce « moroccan bashing », ou bastonnade antimarocaine, il faudrait se pencher sur les enjeux multiples et variĂ©s qui nous lient au niveau international.

Surtout que le monde a lui mĂȘme beaucoup changĂ© et que des pays comme l’Espagne ou encore l’AlgĂ©rie, empĂȘtrĂ©s dans leurs propres contradictions, ont sans doute perdu le droit d’assĂ©ner des leçons de vertu.

Abdellatif El Azizi

 

Nos amis  les Français...

Leur sens critique n’a pas complĂštement disparu, mais il n’y a plus beaucoup de Gilles Perrault dans les rĂ©dactions françaises.

Les Français en veulent-ils au Maroc ? C’est l’impression souvent ressentie aprĂšs avoir entendu un invitĂ© unique casser un discours royal sur France 24 ou aprĂšs avoir visionnĂ© un reportage dans « EnvoyĂ© spĂ©cial » oĂč les images de bastonnades de manif viennent illustrer un sujet sur le tourisme en pĂ©ril...

Il est vrai qu’aprĂšs des annĂ©es de reportages louangeurs sur le rĂ©gime tunisien, quand l’ambiance dans les rĂ©dactions parisiennes post 11-Septembre tournait autour du crĂ©do « plutĂŽt un dictateur qu’un barbu », les articles critiques sur le Royaume passaient mal. Mais si c’était le Maroc qui avait du mal Ă  se vendre ? « Vous imaginez que les journalistes français se rĂ©veillent chaque matin en se disant ‘‘comment, je vais massacrer le Maroc aujourd’hui ?’’ »

C’est Soundouss El Kasri qui le dit. Pendant des annĂ©es, l’actuelle rĂ©dactrice en chef d’aufait a jouĂ© les « fixers » pour Patrica AlĂ©moniĂšre, Stephen Smith ou Vincent HervouĂ«t : « Et tous ces journalistes aiment le Maroc. Mais ils font leur mĂ©tier. »

Et Soundouss de raconter combien elle Ă©tait consternĂ©e quand elle leur faisait interviewer des officiels confits de propagande : « A part AndrĂ© Azoulay, je n’ai jamais rencontrĂ© une autoritĂ© dans ce pays qui ne m’ait pas fait honte. »

Le problĂšme, c’est que les images peuvent contredire tous les discours. S’il n’y avait pas de bastonnade... on ne les diffuserait pas !  Et le travail d’un correspondant comme d’un envoyĂ© spĂ©cial n’est pas de raconter les histoires de trains qui arrivent Ă  l’heure (au Maroc, il aurait du mal !).

Et pourtant, depuis quelques mois, on est presque frappĂ© par les reportages plutĂŽt positifs sur le Royaume. AprĂšs le discours du 9 mars, le Maroc est mĂȘme apparu comme un Ăźlot de stabilitĂ© dans un monde arabe en Ă©bullition.

« Mohammed VI offre au Maroc une rĂ©volution tranquille », titrait immĂ©diatement Le Monde. Dans Le Figaro, sous la plume de Thierry OberlĂ©, on remarque que « le palais royal, qui dĂ©tient le vĂ©ritable pouvoir, ne rĂ©prime pas les contestataires.

Les rassemblements sont autorisĂ©s et les coups de matraque plutĂŽt rares. Rien Ă  voir avec Alger ». Dans l’hebdo Ă©conomique L’Usine nouvelle, Pierre Olivier Rouaud Ă©crit que « les manifestations ont lieu le dimanche pour ne pas perturber l’économie... », et que « l’écho des rĂ©volutions arabes s’est arrĂȘtĂ© aux portes de l’usine ».

Un a priori favorable

Au regard des tyrannies sanguinaires du monde arabe, le Royaume bĂ©nĂ©ficie d’un a priori souvent favorable. Dans Le Point, Mireille Duteil reprend Ă  son compte un discours souvent entendu ici : « Certes, la nouvelle Constitution marocaine ne met pas en place une monarchie parlementaire Ă  l’espagnole comme le souhaitent les jeunes manifestants.

Pourtant, c’est incontestablement un pas de gĂ©ant vers des institutions marocaines plus dĂ©mocratiques. » Et de s’avancer : « La nouvelle Constitution marocaine donne au roi des pouvoirs Ă©quivalant Ă  ceux du prĂ©sident de la RĂ©publique française. »

Tous les articles ne sont, bien sĂ»r, pas aussi indulgents. Mais mĂȘme Isabelle Mandraud, qui a souvent la dent dure dans Le Monde, reconnaĂźt que « la nouvelle Constitution apporte incontestablement des avancĂ©es ».

Ce qui ne l’empĂȘche pas de relever les malaises qui minent la sociĂ©tĂ© marocaine ou de raconter comment les violentes baltagias perturbent les manifs du 20-FĂ©vrier. Mais aprĂšs tout, elle raconte ce qu’elle a vu... tout comme nous l’avions racontĂ© dans actuel.

Slimane Ammor


Algérie mon amour

La relation journalistique entre nos deux pays pourrait se rĂ©sumer par une seule formule : Je t’aime moi non plus !

VoilĂ  au moins deux choses que les AlgĂ©riens nous envient Ă  haute voix : l’inscription de la langue amazighe dans la Constitution marocaine et le contenu de la Constitution elle-mĂȘme. Pour l’envoyĂ© spĂ©cial d’Al Watan, il s’agit lĂ  « incontestablement, d’un acquis historique arrachĂ© de haute lutte qui contraint les autres pays d’Afrique du Nord, dont l’AlgĂ©rie, Ă  ne plus persister dans le dĂ©ni identitaire ».

Hacen Ouali qui a Ă©cumĂ© l’Atlas au lendemain du rĂ©fĂ©rendum en conclut qu’« aprĂšs sa reconnaissance en tant que langue nationale en 2003, cette langue, dont les racines structurent l’histoire de l’Afrique du Nord, est dĂ©sormais gravĂ©e dans le marbre de la Constitution du Maroc ».

A quelques exceptions prĂšs, les commentaires de la presse algĂ©rienne sont encore plus laudatifs pour une Constitution qualifiĂ©e de « vĂ©ritable rĂ©volution dĂ©mocratique ». Dans son Ă©dito du 19 juin 2011, Le Matin, quotidien algĂ©rien de l’opposition, estime que « s’il tend la main Ă  cette jeunesse inflexible mais porteuse de modernitĂ©, nul doute que le roi fera du Maroc la premiĂšre terre dĂ©mocratique de cet ensemble disparate qu’on persiste Ă  appeler le ‘‘monde arabe’’. Ce serait, en dĂ©finitive, la premiĂšre ‘‘RĂ©publique’’ de ce monde ‘‘arabe’’, telle que l’ont rĂȘvĂ©e les peuples depuis un demi-siĂšcle ».

Une relation passionnelle

Mais il ne faut pas trop se fier Ă  ces « écarts de langage » dictĂ©s par l’émotion du printemps arabe. En gĂ©nĂ©ral, la presse algĂ©rienne s’applique Ă  casser du sucre sur le dos de ses voisins. Une pratique d’ailleurs bien Ă©prouvĂ©e dans la presse marocaine qui raffole aussi des scandales algĂ©riens.

En gĂ©nĂ©ral, dĂšs qu’il s’agit des frontiĂšres ou encore du Sahara, la presse algĂ©rienne sort la grosse artillerie. Les membres du Polisario et la dĂ©lĂ©gation marocaine n’ont pas encore pris l’avion pour New York que les quotidiens voisins se sont rĂ©glĂ©s Ă  l’heure de Tindouf.

C’est L’expression qui a ouvert le bal avec un article intitulĂ© « Christopher Ross dans le chaudron sahraoui ». Le quotidien qui s’interroge sur l’impartialitĂ© du reprĂ©sentant personnel de Ban Ki-moon donne la voix au prĂ©sident de la RASD qui met en garde contre « les intentions du gouvernement marocain de mettre en Ɠuvre des dĂ©cisions politiques concernant la rĂ©forme constitutionnelle au Maroc, dans laquelle il envisage aussi d’inclure le Sahara font penser que ces pourparlers informels se dirigent droit dans le mur », conclut le journal.

Ainsi l’un des grands paradoxes de la relation de voisinage avec l’AlgĂ©rie, c’est que l’actualitĂ© d’un cĂŽtĂ© comme de l’autre ne peut ĂȘtre apprĂ©hendĂ©e que par la lorgnette de l’insulte ou l’Ɠil de bƓuf des Ă©loges.

« A mon avis, il faudrait s’en fĂ©liciter au lieu de s’en offusquer. Chez les arabes, les cousins se dĂ©chirent souvent, les guerres sont forcĂ©ment fratricides, elles laissent des traces mais c’est la preuve vivante que la passion existe, qu’il y a des liens trĂšs forts entre les frĂšres ennemis », plaisante Lounes Marouane, pseudo d’un journaliste d’un quotidien algĂ©rois qui n’hĂ©site jamais Ă  brocarder ses voisins.

A.E.A


Interview

Pourquoi serions-nous différents

La presse espagnole est rarement tendre avec le Maroc. Le plus cĂ©lĂšbre des correspondants espagnols au Maroc s’explique.

Face au printemps marocain, la presse espagnole ne se distingue pas toujours de ses homologues Ă©trangers mĂȘme si le ton est souvent plus agressif. L’éditorial d’El Pais datĂ© du 19 juin souligne l’avancĂ©e du Maroc (« Marruecos se mueve ») et la nĂ©cessitĂ© d’une lutte contre la corruption menĂ©e par le roi Mohammed VI.

Plus virulent, le journaliste et Ă©crivain RamĂłn Luis Acuña Ă©voque, aprĂšs le « Oui » au referendum, une rĂ©volution « soumise ». Pour lui, seuls les vingtfevrieristes reprĂ©sentent une rĂ©volution : la Constitution n’en est pas une.

Quant au journaliste et Ă©crivain Ignacio Cembrero, correspondant d’El Pais et spĂ©cialiste du Maroc, il a titrĂ© son article du 31 janvier, Ă  l’heure oĂč l’incertitude sur la contagion Ă©tait Ă  son comble : « Le Maroc ne fera pas exception », citant le prince Moulay Hicham. Par ailleurs, il fut correspondant diplomatique en charge de la politique extĂ©rieure pour El Pais entre 1989 et 1996.

Il a rĂ©digĂ© l’épilogue du livre de Jean-Pierre Tuquoi Le dernier roi. CrĂ©puscule d’une dynastie, puis a Ă©crit en 2003 Voisins Ă©loignĂ©s. Les secrets de la crise entre l’Espagne et le Maroc. Il est connu au Maroc pour avoir interviewĂ©, en 2005, le roi Mohammed VI.

 

actuel : Pensez-vous que la presse espagnole se focalise sur le roi au dĂ©triment des affaires intĂ©rieures ?

Ignacio Cembrero : Avec l’ancienne Constitution, et la nouvelle, le roi est l’institution la plus importante du pays. C’est le pivot, le centre de dĂ©cision de ce que vous appelez les affaires intĂ©rieures.

Rappelez-vous le nombre de couvertures que jadis Le Journal Hebdo et aujourd’hui TelQuel consacrent Ă  Sa MajestĂ©. Et, dans un autre ordre, Le Matin du Sahara. Le roi y est partout. Pourquoi voulez-vous que nous soyons diffĂ©rents ?

 

Pourquoi y a-t-il plus de vingt journalistes espagnols au Maroc, soit le plus grand nombre de correspondants Ă©trangers dans le Royaume ?

Je m’étonne que vous vous Ă©tonniez du nombre de journalistes espagnols Ă  Rabat. Le Maroc est un voisin important pour l’Espagne. Qui plus est, c’est le seul voisin avec lequel nous ayons de temps en temps des problĂšmes, ce qui n’est pas le cas de la France ou du Portugal. Les papiers sur le Maroc sont bien lus sur les journaux ou les pages web d’information espagnoles. En plus, il fait bon vivre au Maroc, et plus spĂ©cialement Ă  Rabat.

 

Dans votre livre Voisins lointains, vous expliquez la nĂ©cessitĂ© d’Ɠuvrer pour un bon voisinage. Est-ce que la presse espagnole en gĂ©nĂ©ral, et vos articles en particulier, participent Ă  cet effort ?

Cela mĂ©rite une longue explication. Vous laissez entendre que mes articles sont critiques vis-Ă -vis de la rĂ©alitĂ© marocaine, non ? Probablement. Mais est-ce que vous pensez que mon journal est tendre envers David Cameron, Nicolas Sarkozy ou, plus encore, Silvio Berlusconi dont nous avons publiĂ© des photos compromettantes ?

Est-ce que vous avez lu, dans un autre ordre d’idĂ©es, ce que racontaient les diplomates amĂ©ricains accrĂ©ditĂ©s au Maroc dans les tĂ©lĂ©grammes qu’ils envoyaient Ă  Washington en 2008 ou 2009 ? Ils sont encore sur le site de WikiLeaks et sur ceux d’El PaĂ­s ou du Monde.

Ils n’étaient pas du tout tendres quand ils parlaient de la corruption, des magouilles Ă©lectorales, des dĂ©faillances de la justice ou de la libertĂ© de la presse au Maroc. Quand ils rapportaient, par exemple, les magouilles du PAM pour conquĂ©rir la mairie d’Oujda en juin 2009, ils sont allĂ©s bien plus loin que les articles de la presse europĂ©enne sur les consĂ©quences des Ă©lections municipales.

Demandez donc aux AmĂ©ricains si, en agissant ainsi, ils ne causent pas un certain prĂ©judice Ă  la relation des États-Unis avec le Maroc. Ils vous rĂ©pondront qu’ils informent leur gouvernement, qu’ils font leur boulot.

Mon rĂŽle, le rĂŽle des journalistes, n’est pas d’Ɠuvrer pour un bon voisinage. C’est le rĂŽle des diplomates – quand les tĂ©lĂ©grammes ne sont pas publiĂ©s – des hommes politiques, des hommes d’affaires, etc.

Le rĂŽle des journalistes n’est pas non plus de raconter que les trains arrivent Ă  l’heure. Les bonnes nouvelles n’ont, sauf quelques rares exceptions, aucun intĂ©rĂȘt. Le rĂŽle des journalistes est, en revanche, de raconter que les trains ont du retard, pourquoi, Ă  qui cela cause prĂ©judice et quelles mesures vont ĂȘtre prises pour qu’ils soient ponctuels. C’est cela informer.

C’est ce qu’on m’a appris dans les Ă©coles de journalisme que j’ai frĂ©quentĂ©es en France et dans les mĂ©dias oĂč j’ai travaillĂ© en Espagne. C’est comme cela que je conçois mon mĂ©tier.

S’il y a 9 millions de Marocains qui ont votĂ© au rĂ©fĂ©rendum constitutionnel et que le nombre d’adultes en Ăąge de voter est de 22 millions de personnes, on peut difficilement dire que la participation a Ă©tĂ© de 73% comme l’affirme le ministĂšre de l’IntĂ©rieur, non ? La participation doit se calculer sur le nombre d’adultes en Ăąge de voter et non pas en fonction du nombre de cartes d’électeur distribuĂ©es.

Eh bien, quand on est journaliste, il faut rappeler ces chiffres-lĂ , que cela Ɠuvre ou pas au bon voisinage dont vous parlez. Cela Ă©tant dit, mes observations critiques ne s’adressent qu’au systĂšme politique marocain et, en aucun cas, Ă  un pays ou Ă  un peuple que j’aime, et oĂč je me sens comme chez moi.

Propos recueillis par Salima Yacoubi Soussane

| More
Archives Dossier
N°173 : Train de vie de l’Etat : Ces agences inutiles et budgĂ©tivores
N°172 : Hopital public : Grand corps malade en quete de soins 
N°171 : Les rendez-vous manquĂ©s de la dĂ©mocratie 
N°170 : Royal Air Maroc : Champion du monde du redressement  
actuel N°169 : Fiscalité  du  tabac : Une rĂ©forme incomplĂšte  
N°168 : Cannabis :  Une lĂ©galisation qui rapporterait 20 milliards...
N°167 : Chabat est-il fou 
N°166 : Les naufragĂ©s de Comarit 
N°164/165 : Justice et libertĂ© : DĂ©tention prĂ©ventive  
N°163 : Loi de Finances 2013 : Le  budget de  tous  les dangers  
N°162 : Sortir de l’hypocrisie 
N°161 : Abdelkrim : GenĂšse d’une interview historique 
N°160 : Ecoles privĂ©es : El Ouafa s'en va-t-en guerre  
N°159 : Ex-prisonniers du Polisario : Voyage au bout de l’enfer  
N°158 : RentrĂ©e sociale :  Les syndicats pointent une concertation en trompe l'oeil
N°157 : Binationaux : J’ai deux amours...  
N°155 : Emigration : Entre rĂȘve et dĂ©sillusion 
N°154 : MRE : Ils sont rentrĂ©s, ils ont rĂ©ussi  
N°153 : 50 Marocains Ă  la conquĂȘte du monde 
N°152 : Mohammed VI : StratĂ©gie gagnante 
N°151 : Economie 2000-2012 : le grand virage 
N°150 : Ramadan : Le pĂ©ril jeĂ»ne  
N°149 : OĂč s’amuser cet Ă©tĂ© 
N°148 : Couples mixtes : Amours sans frontiĂšres  
N°147 : Pourquoi ne peut-on plus voir le nu en peinture ? 
N°146 : La dĂ©ferlante des malls 
N°145 : Quand le Maroc Ă©tait amĂ©ricain 
N°144 : L’universitĂ© se privatise 
N°143 : Cheikh Maghraoui :  Cet homme est dangereux
N°142 : Affaire Benallou :  Une nouvelle bombe Ă  retardement
N°141 : Etre Noir au Maroc 
N°140 : Faut-il abandonner le français ? 
N°139 : Entretien avec Hamid Benalfdil : DG du CRI du Grand Casablanca.
N°138 : Le sexe au temps du cĂ©libat 
N°137 : ONG: La face cachĂ©e de la sociĂ©tĂ© civile
N°136 : Le modĂšle turc : Mythe ou rĂ©alitĂ© ?
N°135 : Caisse marocaine des retraites : La bombe Ă  retardement
N°134 : Qui a tuĂ© Amina ? 
N°133 : Moralisation de la vie publique : Le spectre de la campagne d’assainissement plane
N°132 : DĂ©linquance :  Le Maroc a peur
N°131 : 14 femmes  pour Benkirane
N°130 : Le rĂ©veil des salafistes  Demain la charia ?
N°129 : Dilapidation des deniers publics:  Benallou et l'ONDA... pour commencer
N°128 : DSK   Le marocain
N°127 : Conservation fonciĂšre : piĂšges, magouilles, corruption
N°126 : Les enfants perdus  de Casablanca
N°125 : PJD  Les rois du marketing
N°124 : Le 20-FĂ©vrier s'essoufle...  mais le Maroc bouillonne
N°123 : Protectorat,   Cent ans sans solitude
N° 122 : Formation du gouvernement,  Ca coince et ca grince
N°121 : Portables, Internet, documents biomĂ©triques
  Flicage, mode d’emploi
N° 120 : Sondage exclusif :  Benkirane, Monsieur 82%
N°119 : Pourquoi le Maroc ne sera pas   islamiste
N°118 : Mohammed VI versus al-Assad,   Au nom du pĂšre
N°117 : Gouvernement :   Cabinets ministĂ©riels, de l’ombre Ă  la lumiĂšre
N°116 : Plan social :  les sacrifiĂ©s de la RAM
N°115 : Coup d’Etat :   Skhirat, L’histoire du putsch revue et corrigĂ©e
N°114 : Politique fiction  Et le gagnant est ...
N°113 : Le dernier combat de   Mohamed Leftah
N°112 : Portrait Abdelbari Zemzmi
N°111 : HarcĂšlement sexuel et moral  Un sport national
N°110 : Bilan  Le code de la dĂ©route
N° 109 : L’ONDA  Grosses tensions et petites combines
N°108 : Placements Comment sauvegarder son patrimoine  
N°107 : ImpĂŽt sur la fortune El Fassi lance un pavĂ© dans la mare  
N° 106 : Interview 
N° 104/105 : Presse Ă©trangĂšre/Maroc Le grand malentendu  
N°103 : Le temps de l’amazigh  
actuel 102 : RĂ©fĂ©rendum Ecrasante victoire du Oui  
actuel 101 : FatĂ©ma Oufkir : Le roi et moi 
N°100 : 100 indignations et 100 solutions pour le Maroc 
N°99 : Projet constitutionnel Le roi et nous  
N° 98 : PĂ©dophilie  : Tolerance zero 
N° 97 : Gad, Jamel & co Pourquoi les Marocains font rire le monde
N° 96 : L’horreur carcĂ©rale 
N° 95 : Enseignement privĂ© : Le piĂšge  
Actuel n°94 : Moi, Adil, 25 ans, marchand de chaussures et terroriste  
N°93 : Ces cliniques qui nous ruinent 
Actuel n°92 : Mais que veulent les jeunes ? 
Actuel n°92 : Il n’y pas que le 20-FĂ©vrier
  
Actuel n°92 : Qui cherche Ă  dĂ©stabiliser le pays ?  
Actuel n°92 : Â«â€‰Nos attentes sont plus grandes que le 20-FĂ©vrier »  
Actuel n°92 : Trois jeunesses 
Actuel n°92 : Attentat : Le jeudi noir de la ville ocre  
Actuel n°92 : RĂ©volutions et attentats Sale temps pour Zenagui 
Actuel n°91 : Le grand nettoyage 
Actuel n°90 : Le retour des adlistes 
Actuel n°89 : Ruby : sexe, mensonges et vidĂ©o 
Actuel n°88 : ImpĂŽts : Halte Ă  la fraude 
Actuel n°87 : Hassan II TV c’est fini 
Actuel n°86 : Marine Le Pen : L’islam, les Arabes et moi 
Actuel n°85 : Vive le Maroc libre 
Actuel n°84 : Rumeurs, intox : Ă  qui profite le crime ? 
Actuel n°83 : ET MAINTENANT ? Une marche pour la dĂ©mocratie
Actuel n°81 : Sale temps pour les tyrans 
Actuel N°72 : Aquablanca : La faillite d’un systĂšme  
Actuel n°69-70 : Benguerir sur les traces de Settat 
Actuel n°68 : Art, sexe et religion : le spectre de la censure 
Actuel n°67 : Dans les entrailles de Derb Ghallef 
Actuel n°66 : Ces FQIHS pour VIP 
Actuel n°65 : RNI, le grand politic show 
Actuel n°64 : Bourse de Casablanca, des raisons d’espĂ©rer 
Actuel n°63 : Ex-ministres :  y a-t-il une vie aprĂšs le pouvoir ?
Actuel n°62 : Le code de la route expliquĂ© par Ghellab
Actuel n°61 : La vie sexuelle des Saoudiennes
 racontĂ©e par une Marocaine
Actuel n°60 : Chikhates, shit et chicha 
N°59 : Eric Gerets, la fin du suspense ?
N°58 : Onze ans, onze projets 
N°57 : Raid sur le kif 
N°56 : Sea, Sun & Ramadan 
N°55 : Casablanca, mais qui est responsable de cette pagaille ?
N°54 : Ces ex-gauchistes qui nous gouvernent 
N°53 : Au cƓur de la prostitution marocaine en Espagne 
N°52 : DiplĂŽmĂ©s chĂŽmeurs : le gouvernement pris au piĂšge
N°51 : 2M : SuccĂšs public, fiasco critique
N°50 : L’amĂ©rique et nous 
N°49 : Crise, le Maroc en danger ?
N°48 : Les 30 Rbatis qui comptent 
N°47 : Pourquoi El Fassi doit partir 
N°46 : Chirurgie esthĂ©tique :  plus belle, tu meurs
N°45 : McKinsey dans la ligne de mire  
N°44 : Trafic sur les biens des Ă©trangers 
N°43 : Avec les Ă©vadĂ©s de Tindouf 
N°42 : GCM / Tamesna : Un scandale en bĂ©ton !
N°41 : ONA - SNI: Ils ont osĂ©
N°40 : Enseignement: Missions Ă  tout prix
N°39 : Le Maroc, terre d'accueil des espions 
N°38 : Bleu Blanc Beurk 
N°37 : Boutchichis Les francs-maçons du Maroc
N°36 : Hamid Chabat rĂ©veille les vieux dĂ©mons
N°35 : Vies brisĂ©es 
N°34 : Maires Ceux qui bossent et ceux qui bullent
N°33 : Botola Combien gagnent nos joueurs
N°32 : Sexe, alcool, haschich, jeux
 Les 7 vices des Marocains
N°31 : Tanger Le dossier noir des inondations
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter