EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
Les filles de Lalla Mennana : Un théâtre fĂ©ministe 
actuel N°169, jeudi 22 novembre 2012
| More

Bahia, Rhimou, Maria, Chama, Souâdia et Lalla Mennana reviennent sur les planches du Studio des Arts Vivants le temps de deux représentations hautes en couleur, à la demande du public.

  

Converser avec Nora Skalli à propos de Bnat Lalla Mennana, ne serait-ce qu’au téléphone, c’est entrer par effraction dans l’univers très bigarré du nord du Maroc. Son accent, bien que fortement atténué par les années passées en dehors de sa ville natale, Asilah, depuis qu’elle s’est installée dans la capitale pour y poursuivre ses études, accordé à sa voix douce et à sa courtoisie, vous renvoie immédiatement au bleu de Chaouen, aux caftans bariolés des six femmes héroïnes de la série qui a fédéré dix millions de télespectateurs durant le dernier Ramadan. On oublie presque que cette réalisation de Yassine Fennane est une adaptation sur petit écran de la pièce qui confirme encore le succès de Takoon sept ans plus tard. Takoon, c’est le nom que Nora Skalli, avec Samia Akariou et Rafika Ben Maïmoun, ses consoeurs originaires de la même région, ont donné à leur troupe de théâtre. « Takoon pour tacon qui veut dire talon aiguille en espagnol, mais aussi qui désigne le foulard que se nouent derrière la tête d’une manière si spécifique les femmes du Nord. C’est dire la dimension ultra-féminine que nous voulions donner à notre troupe », nous explique Nora Skalli qui a écrit le scénario de la pièce.

 

Libre adaptation  d'une pièce espagnole

Au départ, l’idée est née de cette fascination que vouaient les ex-étudiantes de l’Institut supérieur d’art dramatique et d’animation culturelle au dramaturge espagnol Federico Garcia Lorca. « Ayant eu l’occasion de jouer quelques-unes de ses pièces durant notre formation, nous avions gardé le souhait de marocaniser La Casa de Bernarda Alba, son œuvre culte écrite en 1936. Rêve que nous avons réalisé dès lors que nous nous sommes retrouvées », explique l’auteure. La veuve omnipotente et dominatrice Bernarda Alba devient donc Lalla Mennana. Les jeunes femmes se rencontrent régulièrement pour improviser des dialogues, mais c’est Nora Skalli qui finit par tout retranscrire sur papier, l’écriture étant une passion qui la taraude depuis l’enfance. La scénariste entreprend un travail de fond. Il s’agissait d’élaborer une libre adaptation de la pièce espagnole en l’imprégnant de nos références culturelles et en emmitouflant ce drame dans un humour bien de chez nous. L’aventure a démarré voilà sept années. Le succès a été au rendez-vous dès la première représentation et l’engouement est tel que la troupe n’a eu de cesse de faire et de défaire ses valises pour partir en tournée partout dans le Royaume comme à l’étranger.

 

Femmes assignĂ©es  Ă  rĂ©sidence

Ici, les tribulations de cette famille, composĂ©e exclusivement de femmes, sĂ©duisent parce qu’on s'identifie forcĂ©ment Ă  l’un des personnages. Ailleurs, la veuve, ses quatre filles et sa servante, toutes cĂ©libataires, Ă©meuvent par l’originalitĂ© du mode de vie qu’elles sont contraintes de mener, composant sporadiquement avec la fatalitĂ©. Partout, on est obnubilĂ© par la justesse du jeu des comĂ©diennes grâce Ă  l’excellente direction de Nora Skalli qui possède plus d’une corde Ă  son arc. « La direction des comĂ©diens fait partie de ma formation. Je n’ai rien inventé », assène gentiment l’auteure de Bnat Lalla Mennana. L’accent, les adages et les tournures de phrase rĂ©gionaux sont maĂ®trisĂ©s par toutes les comĂ©diennes, y compris les non chamalies comme Saâdia Azguoune, Saâdia Ladib, Hind Saâdidi, et Meryem ZaĂŻmi qui vient de rejoindre la troupe en remplacement de Nadia Alami.  Et c’est grâce au coaching acharnĂ© de Nora Skalli. « Si nous-mĂŞmes, et le public ensuite, avons facilement Ă©tĂ© embarquĂ©s dans le monde de Lorca, c’est en raison de cette rĂ©alitĂ© socioculturelle que l’on retrouve chez nous », remarque Nora Skalli. Ces similitudes sont d’autant plus prĂ©sentes dans le nord du Maroc par la proximitĂ© de cette rĂ©gion du Royaume avec l’Andalousie. « Seulement, Bernarda Alba a existĂ© dans les annĂ©es 30 tandis que ces problĂ©matiques assignant les femmes Ă  rĂ©sidence sĂ©vissent encore chez nous aujourd’hui », martèle la comĂ©dienne, auteure et metteur en scène. Via un emballage « spectaculaire » faisant l’apologie d’un humour et d’une coquetterie très fĂ©minins, Bnat Lalla Mennana dĂ©nonce un drame, celui de femmes relĂ©guĂ©es au statut de mineures par leurs propres gĂ©nitrices qui croient les protĂ©ger de l’extĂ©rieur, de la rue, des hommes… au point d’en faire des handicapĂ©es de la vie.

Asmaa Chaidi Bahraoui

| More
Archives Tendances & Culture
N°173 : Tinghir-JĂ©rusalem fait tourner Kamal Hachkar 
N°172 : Entretien avec Monica Bellucci 
N°171 : Les Ă©toiles filantes du FIFM 
N°170 : Projetons-nous au Cube 
actuel N°169 : Les filles de Lalla Mennana : Un théâtre fĂ©ministe 
N°168 : Interview : mounir fatmi  
N°167 : Caravanserail : Le Maroc Ă  la conquĂŞte de l’Ouest  
N°166 : NumĂ©risation : Nouvelle menace sur les salles de cinĂ©ma  
N°164/165 : Art : Les expositions de la rentrĂ©e  
N°163 : Beuys Ici, l’exposition de l’automne 
N°162 : Prix de la Mamounia : Le sacre de l’instit'  
N°161 : Le Louvre 12 siècles des arts de l’Islam vous contemplent 
N°160 : 3adnane 7aqoun, un crĂ©ateur presque artiste 
N°159 : CinĂ©ma Les frères Noury font leur comĂ©die  
N°158 : Entretien avec Hicham Bahou 
N°157 : Espèces d’espace 
N°154 : Regarder La Brigade avec Adil Fadili  
N°153 : Bouanani rĂ©Ă©ditĂ© en France et au Maroc 
N°152 : RĂ©cit : On n’a pas fini de rĂ©Ă©crire l’histoire 
N°151 : Interview Mehdi Qotbi : « Un grand musĂ©e Ă  Casa d'ici 4 ans 
N°150 : Concerts : Des nuits d’ivresse spirituelle  
N°149 : Timitar : Le festival amazigh qui ne dit pas son nom  
N°148 : Gnaoua : Un festival de musique et d’histoire  
N°147 : Tatouages : Le langage des signes  
N°146 : Festival MDR 2012 : On se marre Ă  Kech 
N°145 : Exposition : Dans l’intimitĂ© du musĂ©e Slaoui  
N°144 : Mawazine Clap de fin 
N°143 : En avant Mawazine 
N°142 : Exposition : Villes paysages
N°141 : Interview :  Scorpions
N°140 : Les festivals Ă  l’ère du PJD 
N°139 : Le Grand théâtre de Casablanca : Vivement 2016 !
N°138 : Le film noir d’Anouar 
N°137 : Subjectivisme:  Croutes en stock
N°136 : ItinĂ©raire d’un Cheb singulier 
N°135 : Interview :  SaĂŻd Naciri
N°134 : Cirque   Les saltimbanques ensoleillĂ©s
N°133 : Yamou  Des Ĺ“uvres puissantes, tout en dĂ©licatesse
N°132 : CinĂ©ma cherche monteur dĂ©sespĂ©rĂ©ment 
N°131 : Le vent du nord souffle sur la peinture
N°130 : Carson Chan Â«â€‰Mettre en avant la diversitĂ© des expressions »
N°129 : Casa by night   avec Beigbeder
N°128 : Siel :   enfin la rĂ©conciliation !
N°127 : Oum  La chanteuse qui transcende les genres
N°126 : Les violons dingues,   de Younes Khourassani
N°125 : MĂ©garama   Grandeur et dĂ©cadence
N°124 : Le site archĂ©ologique de Mzora,  cherche protecteurs
N°123 : Le malhoun,  ce chant ancien si moderne
N° 122 : Biyouna,   nĂ©e star
N°121 : Le FIFM poursuit sa quĂŞte identitaire 
N° 120 : FIFM,   entre Ă©vĂ©nementiel et cinĂ©ma
N°119 : FIFM :   des premiers films Ă  l’honneur
N°118 : Hamidi, artiste bohème 
N°117 : Leftah :   ils sont tous contre la censure
N°116 : Droits d’auteur :   le rendez-vous manquĂ© du BMDA
N°115 : La source des femmes :   source de…
N°114 : RĂ©compense  La saga des prix littĂ©raires
N°113 : Exposition  Deuxième regard  ou l’expĂ©rience du troisième Ĺ“il
N°112 : CinĂ©ma  La dernière sĂ©ance
N°111 : La scène artistique arabe  ou l’esthĂ©tique de la violence
N°110 : HD Un paquebot pour l’art Ă  Anfa
N° 109 : La politique de la chaise… rouge 
N°108 : Farid Mayara, le jazz sans limites  
N°107 : Hommage Le destin de la perle noire  
N° 106 : Jawhara : wakha  
N° 104/105 : Interview Amazigh Kateb  
N° 104/105 : Lumineuse Dar BeĂŻda 
N°103 : Droits d’auteur Quand la musique est bonne 
actuel 102 : Tout l’art de Timitar 
actuel 101 : Festival Essaouira Back to basics  
N°100 : Championnat du Maroc Junior 2011 by CrĂ©dit Agricole Superbe  
N°99 : Exposition Une grappe de talents  
N° 98 : Tiken Jah Fakoly  Porte-parole du continent noir
N° 97 : Amazing Mawazine 
N° 96 : Festival MDR 2011 : il n’y aura pas que Jamel 
N° 95 : Festimode : Un Ă©vĂ©nement et des talents  
Actuel n°94 : GĂ©nĂ©ration Mawazine : La relève est lĂ  
Actuel n°94 : Mawazine : Nos coups de cĹ“ur  
N°93 : Mawazine, la parole aux artistes 
Actuel n°92 : Ficam : Une ambiance 3D  
Actuel n°91 : L’homme qui aimait une femme 
Actuel n°90 : Mawazine, au(x) ryth me(s) du monde 
Actuel n°89 : Du rire aux larmes 
Actuel n°88 : Nass El Ghiwane : Un groupe, un mythe 
Actuel n°87 : Il Ă©tait une fois Ă  M’Hamid El Ghizlane 
Actuel n°86 : Les coups de cĹ“ur des chasseurs de toiles… 
Actuel n°85 : L’Atelier 21 se paye DubaĂŻ ! 
Actuel n°84 : Casa Riders  Justiciers sur deux-roues !
Actuel n°83 : Ouverture culture Manifestes d’une gĂ©nĂ©ration perdue
Actuel n°82 : Le 17e SIEL  chasse Himmich
Actuel n°81 : Le livre au Maroc Misères et Ă©mergence 
Actuel N°72 :  Pluie de stars sur Marrakech 
Actuel n°69-70 : Tahar Ben Jelloun  « Je suis affreusement professionnel »
Actuel n°68 : Festival d’art culinaire : brie de Fès et tournedos beldi 
Actuel n°67 : Medi 1 TV se dĂ©-chaĂ®ne 
Actuel n°66 : Carla Bruni, Â« glamour mais aseptisĂ©e et muette »
Actuel n°65 : ThĂ©ories du complot : au bonheur des paranos 
Actuel n°64 : Et hop, v’lĂ  l’pop art 
Actuel n°63 : Mounir Fatmi : Â« J’ai un cĂ´tĂ© très pasolinien »
Actuel n°62 : Yamou : Peintre par nature 
Actuel n°61 : Â« Le Maroc s’interdit de penser sans peur Hassan II »  
Actuel n°60 : Des Marocains Ă  New York 
N°59 : J’aurais voulu ĂŞtre...  Ă©crivain !
N°58 : Immigration illĂ©gitime 
N°57 : 24h avec Lee Fields 
N°56 : Hindi Zahra, la Billie Holiday marocaine 
N°55 : Art marocain : de la cote au coĂ»t 
N°54 : Le jour oĂą Benohoud a repris ses pinceaux 
N°53 : France-Espagne Le match culture
N°52 : L’argent fait son cinĂ©ma 
N°51 : Jamel Academy : MDR ! 
N°50 : Carlos Santana "Le succès implique l'hĂ´nnetetĂ©"
N°49 : Elton John bĂ©nit le Maroc 
N°48 : Julio Iglesias Â«â€‰Je ne suis pas un latin lover »
N°47 : Les 7 pĂ©chĂ©s capitaux de...  Jamel Debbouze
N°46 : Moonstock Ă  Lalla Takerkoust 
N°45 : Ben Cheffaj  en impose
N°44 : Jazzablanca,  American Beauty
N°43 : Photo :  la vie quotidienne loin des clichĂ©s
N°42 : Himmich :  le ministre qui se prenait pour un Ă©crivain
N°41 : Yasmina Khadra : Ă  charge et Ă  dĂ©charge
N°40 : Tremplin: 3 Jours, 3 Scènes, 3 Styles
N°39 : Majida Khattari: Niqab ni soumise 
N°38 : L’Orient Music Express un train d'enfer
N°37 : Abdel Alaoui Le chef qui rĂ©veille la cuisine
N°36 : Hicham Oumlil Un Marocain stylĂ© Ă  New York
N°35 : Le SIEL  des Marocains d’ailleurs
N°34 : Merzak Allouache Â« Un film sur le dĂ©sespoir des jeunes »
N°33 : Mahi Bine Bine un Parisien de cĹ“ur
N°32 : Tanger Le cinĂ©ma marocain en fĂŞte
N°31 : Meriem Bouderbala Des femmes et des spectres…
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter