EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
DĂ©shĂ©rence sociale 
actuel n°37, samedi 6 mars 2010
| More

Des représentants syndicaux ont décidé jeudi matin d’occuper le siège de leur entreprise pour réclamer la reprise des négociations sur les salaires qui s’étaient soldées par un échec ?n février. Des salariés menacent de faire exploser des bonbonnes de gaz qu’ils ont réparties sur les toits de leur usine pour dénoncer la délocalisation de leur production dans un pays des Balkans, et tenter d’obtenir le maintien de la production dans leur usine.

Nous ne sommes pas au Maroc. Pas encore. Mais en France, où il ne se passe guère de semaine sans que les tensions sociales, alimentées par les dégâts de la crise économique et les effets de la mondialisation, ne se radicalisent. Et conduisent les salariés à des actions parfois désespérées. Au cœur d’un pays qui se targue de la qualité de ses relations sociales, et d’une forte tradition syndicale, la multiplication de ces coups de force traduit à tout le moins un profond malaise quand – à crise économique et sociale amplement partagée – d’autres nations européennes trouvent les voies d’une négociation plus apaisée.

Entre radicalité française et tensions classiques à l’échelle européenne, le dialogue social de notre pays semble relever d’une certaine inertie. Non pas que l’expression de mécontentement des salariés, du privé comme du public, ne se manifeste pas parfois de façon véhémente, assortie de manifestations de rue ou de mouvements de grève spectaculaires, mais force est de constater que cette expression-là est le plus souvent étouffée dans l’œuf. Autrement dit, qu’elle laisse les partenaires camper sur leurs positions, parfois des mois durant, sans qu’aucun accord ne vienne sceller le fruit de négociations intelligemment partagées. Au risque d’entretenir un ressentiment de nature à en?ammer les relations sociales à la moindre occasion.

On se surprend parfois, au l de déplacements sur les routes du Royaume, à découvrir la présence d’importants piquets de grève à l’entrée ici, d’une usine de produits textile, là, d’une entreprise de produits alimentaires. Si la surprise est grande, c’est que ces con?its demeurent le plus souvent ignorés de tous, y compris des médias. Alors qu’une grève des pilotes de ligne de la RAM est immédiatement relayée parce qu’elle entrave le bon fonctionnement des liaisons aériennes, qui se soucie de ces ouvrières du textile ou de ces petites mains de l’industrie qui parfois n’existent même pas sur le registre des effectifs, et encore moins sur ceux de la CNSS ? Le « dialogue social » af?ché à l’envi par les pouvoirs publics, comme par un grand nombre d’entreprises, est à considérer pour ce qu’il est : indigent. Nos « spéciécités » sociales, culturelles, politiques, historiques, ont bon dos ! Les revendiquer n’exonère en rien les partenaires – gouvernement, organisations patronales, syndicats –, tous sans exception, de la pressante obligation qui est la leur de faire vivre réellement la dimension sociale de l’entreprise.

Il ne s’agit plus, pour des dirigeants syndicaux peu rigoureux, de « vendre » la paix sociale. Encore moins pour les pouvoirs publics d’assurer quelques subsides en contrepartie du retrait de toute revendication. De la représentativité des organisations syndicales aux accords de branche, des négociations annuelles sur les salaires aux conditions de travail, du respect du code du travail à la ré?exion sur une nouvelle pratique des relations sociales : les chantiers sont suf?samment nombreux pour mobiliser les forces sociales autour d’une table. Et tenter de redonner vie à un dialogue social aujourd’hui en singulière déshérence.

Actuel

| More
Archives Edito
N°173 : Mauvaise vague  
N°172 : Nouveau souffle  
N°171 : CondamnĂ© Ă  rĂ©ussir 
N°170 : Urgence 
actuel N°169 : Le syndrome argentin 
N°168 : Hypocrisies 
N°167 : L’esprit ouvert 
N°166 : DĂ©gradants 
N°164/165 : Manque d’audace 
N°163 : Bravo l’artiste 
N°162 : Nouvelles du front 
N°161 : Baril de poudre 
N°160 : Choisir son camp 
N°159 : Capitalisme frileux  
N°158 : L’heure de vĂ©ritĂ© 
N°157 : Voyage au pays des bi 
N°155 : Un Etat grippĂ© 
N°154 : Capitalisme dĂ©pressif  
N°153 : Ramadanophobie 
N°152 : Excès de zèle  
N°151 : Le modèle samba  
N°150 : Il faut sauver le soldat Istiqlal 
N°149 : Vent liberticide 
N°148 : Win-win 
N°147 : Cannibales 
N°146 : Du pain et des jeux 
N°145 : Fâcheux oubli 
N°144 : Diversion islamiste 
N°143 : Du Nasdaq Ă  Casa 
N°142 : Symbole 
N°141 : A quitte ou double 
N°140 : La langue de Voltaire 
N°139 : Ministres ou militants ? 
N°138 : Aveuglement 
N°137 : Passages Ă  l’acte 
N°136 : Gouverner 
N°135 : Après nous le dĂ©luge 
N°134 : Ben Laden pas mort 
N°133 : Lettre Ă  Amina 
N°132 : Fantasmes 
N°131 : Les masques tombent 
N°130 : Vive la crise ! 
N°129 : LibertĂ©, mode d'emploi 
N°128 : De Davos Ă  Taza 
N°127 : Dans deux ans 
N°126 : L’envers du dĂ©cor 
N°125 : Vigilance 
N°124 : Un flĂ©au meurtrier 
N°123 : Premier faux pas 
N° 122 : Le douar des Noirs 
N°121 : Volte-face 
N° 120 : Nous sommes les 10% 
N°119 : Etat de grâce 
N°118 : La Ligue qatarie 
N°117 : La fin de la peur 
N°116 : Effet papillon 
N°115 : Qui osera  
N°114 : De la charia 
N°113 : Le vice de la vertu 
N°112 : Immature 
N°111 : Hold-up Ă©lectoral 
N°110 : Un triple Ă©chec 
N° 109 : La politique du pire 
N°108 : Triangle d’or ou… des Bermudes 
N°107 : Les politiques se cachent pour mourir 
N° 106 : MĂŞmes causes... mĂŞmes effets 
N° 104/105 : (DĂ©) raison d’Etat 
N°103 : EtĂ© meurtrier 
actuel 102 : RetraitĂ©s Ces grands oubliĂ©s  
actuel 101 : Faisons un rĂŞve 
N°100 : L’âge adulte 
N°99 : Tetes de Turc 
N° 98 : Nos ancĂŞtres les Berbères 
N° 97 : Urgence Marrakech 
N° 96 : Confusion 
N° 95 : Aux urnes citoyens 
Actuel n°94 : Confiance 
N°93 : Apprentis sorciers et chasse aux sorcières 
Actuel n°92 : ResponsabilitĂ© 
Actuel n°91 : L’heure des comptes a sonnĂ© 
Actuel n°90 : LuciditĂ© 
Actuel n°89 : Manager le changement 
Actuel n°88 : Encore plus royalistes que lui 
Actuel n°87 : Extrait du DOSSIER SPECIAL IMPOTS:   HALTE Ă€ LA FRAUDE
Actuel n°86 : Les faux amis 
Actuel n°85 : Â« M9 » 
Actuel n°84 : Osons! 
Actuel n°83 : Folie meurtrière  
Actuel n°82 : Effet papillon 
Actuel n°81 : Intifada numĂ©rique 
Actuel N°72 : Leçons d’un chaos 
Actuel n°69-70 : Urgence Ă  Laâyoune 
Actuel n°68 : SolidaritĂ© 
Actuel n°67 : Sous le soleil, exactement... 
Actuel n°66 : Retraites, le piège 
Actuel n°65 : Un parlement, pour quoi faire ? 
Actuel n°64 : Que fait la police ? 
Actuel n°63 : L’autre rĂ©forme 
Actuel n°62 : Fin du permis de tuer  
Actuel n°61 : Viva la restituciĂłn ! 
Actuel n°60 : Mouna et Sakineh 
N°59 : Garder espoir 
N°58 : Les stars et les racailles 
N°57 : Turbulences 
N°56 : Tous hypocrites ? 
N°55 : MĂ©pris 
N°54 : Le dĂ©bat politique : un match nul 
N°53 : Halte au prĂ© carrĂ© ! 
N°52 : Attention danger ! 
N°51 : Tunis, capitale culturelle du Maroc 
N°50 : Bon anniversaire ! 
N°49 : L’intolĂ©rance est intolĂ©rable 
N°48 : Mawazine galvanise 
N°47 : DĂ©mission 
N°46 : En toute impunitĂ© 
N°45 : Saga Africa 
N°44 : Vivre ensemble 
N°43 : L'UMA avant l'UPM 
N°42 : "Desert People" 
N°41 : Faire Preuve d’imagination 
N°40 : Discrimination positive 
N°39 : Monsieur 10% 
N°38 : Ascenseur bloquĂ© 
N°37 : DĂ©shĂ©rence sociale 
N°36 : Le Duo Infernal 
N°35 : PrĂ©somption d'innocence 
N°34 : Boss c’est bien, bosseur c’est mieux 
N°33 : CohĂ©sion sociale 
N°32 : Le tour des vices 
N°31 : Tous Sahraouis 
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter
pornoporno