EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
Tramway : Deux mois pour tout rĂ©gler !  
actuel n°163, jeudi 11 octobre 2012
| More

L’achùvement des travaux du tramway de Casablanca suscite encore de nombreuses interrogations. Face à un chantier qui n’en finit pas, la patience des Casablancais atteint ses limites.


La ville blanche aura-t-elle son tramway Ă  la date du 12 dĂ©cembre 2012, annoncĂ©e par les responsables de Casa Transport ? A en croire les propos de Youssef Draiss, directeur gĂ©nĂ©ral de Casa Transport, les dĂ©lais seront respectĂ©s. Il ne reste plus alors qu’à s’enquĂ©rir de l’état d’avancement des travaux, tout au long du tracĂ© du tramway, pour s’imprĂ©gner de la situation sur le terrain. Mais une telle dĂ©marche ne fera qu’accroĂźtre le doute sur le respect de la deadline annoncĂ©. Pire, elle permet de se rendre compte, de visu, d’anomalies que l’on n’aurait pas soupçonnĂ©es avant le lancement des travaux du tramway.

A commencer par l’état des trottoirs. Tout au long du tracĂ© qui relie les quartiers Sidi Moumen et Hay Hassani, soit prĂšs d’une vingtaine de stations visitĂ©es, les trottoirs ne sont toujours pas prĂȘts. Dans leur Ă©tat actuel, ils ressemblent davantage Ă  des pistes impraticables, envahies par d’énormes engins. Aussi, dans les zones desservies, les piĂ©tons n’ont aujourd’hui qu’une seule possibilitĂ©, celle d’emprunter le passage rĂ©servĂ© au tramway, avec tous les risques auxquels ils pourraient s’exposer Ă  l’avenir. A ce titre, l’exemple du tramway de Rabat est Ă©difiant.

A Casablanca, au niveau de certains passages, les trottoirs sont tout simplement inexistants ! (cf. photo). Les piĂ©tons n’ont alors d’autres choix que d’emprunter la voie goudronnĂ©e, au pĂ©ril de leur vie.

 

Les piétons, premiÚres victimes

A midi, sur le boulevard Abdelmoumen, le dĂ©lai d’attente est interminable, Ă  tous les feux de croisement, du fait du rĂ©trĂ©cissement de la voie. En moyenne, il faut compter 10 Ă  15 minutes d’attente Ă  chaque intersection. Quand le bouchon se prolonge, le circuit du tramway est alors envahi par les motards et les cyclistes. Les piĂ©tons, eux, sont obligĂ©s de cĂ©der le passage, cherchant en vain une Ă©chappatoire. Direction le centre-ville, les ruelles perpendiculaires Ă  l’avenue Mohammed V se sont transformĂ©es en parking de fortune. Des pseudo-gardiens en profitent allĂšgrement, sans ĂȘtre inquiĂ©tĂ©s. A 8 heures du matin comme Ă  18 heures, au moment de la sortie des bureaux, les habitants de ces ruelles sont envahis par un nombre ahurissant d’automobilistes, tous pressĂ©s et stressĂ©s. En attendant l’intervention des autoritĂ©s, c’est la sociĂ©tĂ© de parking qui en fait les frais. Du cĂŽtĂ© du siĂšge de Bank Al-Maghrib, la rue Driss el Harti se rĂ©trĂ©cit Ă  son intersection avec le boulevard de Paris, au point de permettre le passage d’une seule voiture Ă  la fois. A ce niveau, les bouchons peuvent durer une trentaine de minutes. Seul avantage : les zones dĂ©diĂ©es aux piĂ©tons sont plus larges.

Ces problĂšmes ne sont pas l’apanage des endroits « chic » de la ville. Les quartiers populaires souffrent eux aussi de problĂšmes similaires. Et les citoyens adoptent les mĂȘmes rĂ©flexes. Sur le boulevard Achouhada (Hay Mohammadi), les trottoirs sont impraticables des deux cĂŽtĂ©s de la voie. Impossible de traverser Ă  pied au niveau de la sortie de l’autoroute, vu le nombre important de vĂ©hicules qui tentent d’éviter cet axe toujours bouchonnĂ©. Il faut dĂ©passer Hay Mohammadi pour constater que les premiers feux de signalisation du tramway sont opĂ©rationnels. Un feu orange clignote pour mettre en garde les automobilistes sur le point de traverser les rails. Mais Ă  dĂ©faut de ralentir, beaucoup d’entre eux se retrouvent coincĂ©s dans un bouchon interminable.

Les marchands ambulants sont eux aussi affectĂ©s par le circuit rĂ©servĂ© au tramway. Cela est particuliĂšrement vrai aux alentours du fameux marchĂ© de Derb Ghallef. LĂ , des vendeurs ambulants profitent, tant bien que mal, des derniĂšres semaines avant le dĂ©marrage du tramway, pour envahir les chaussĂ©es. Pendant la journĂ©e, ils garent leurs charrettes sur les rails pour vendre pastĂšques, melons et autres fruits de saison. Le soir, ils abandonnent leurs marchandises au gardien de nuit, pour les rĂ©cupĂ©rer le lendemain. Quelques mĂštres plus loin, des voitures stationnĂ©es en largeur sur la route du tram. Entre les deux, des pick-up et autres utilitaires attendent patiemment des clients. Mais oĂč iront s’installer ces marchands Ă  la sauvette aprĂšs le lancement du tramway ? Ils se rabattront probablement sur les voies rĂ©servĂ©es aux voitures, aggravant la pression sur les routes goudronnĂ©es qui donnent accĂšs au marchĂ©.

Autre problĂšme. Quand le bus s’arrĂȘte pour dĂ©poser ou prendre des passagers, il faut s’armer de patience. Car la largeur du boulevard ne permet plus de le dĂ©passer. Il suffit qu’une voiture tombe en panne, ou que survienne un accident de circulation, pour que le bouchon s’étende sur plusieurs centaines de mĂštres. Pour intervenir, les ambulanciers doivent choisir des itinĂ©raires moins chargĂ©s
 pas Ă©vident en heure de pointe.

Pour l’heure, le passage rĂ©servĂ© au tramway ne sert pas uniquement au stationnement. Illustration : il est 18h, le boulevard Achouhada est le thĂ©Ăątre d’un accident de la circulation. Un bouchon se forme en quelques secondes. La police intervient. Et c’est sur la ligne du tramway que l’agent rĂ©dige le constat. Qu’en sera-t-il quand le tramway entrera en service ?

 

Des commerces au bord de la faillite

Tout au long du tracĂ©, des professionnels ont vu leur vie changer avec l’arrivĂ©e de ce nouveau moyen de transport. Boulevard Mohammed V, les cafĂ©s et autres enseignes de restauration rapide sentent dĂ©jĂ  les premiers effets du tramway : le nombre de leurs clients a baissĂ©. Quant aux vĂ©hicules de livraison, ils ne peuvent plus accĂ©der au boulevard. MalgrĂ© cela, certains commerçants restent optimistes. « Nos client sont essentiellement des salariĂ©s qui travaillent dans les environs. Ils ne partiront pas de sitĂŽt », affirme confiant le propriĂ©taire d’un restaurant. Sur d’autres tronçons du trajet, le constat est beaucoup plus triste. De l’autre cĂŽtĂ© du boulevard, en remontant vers la gare de Casa Voyageurs, les cafĂ©s sont quasiment dĂ©serts. « Les clients qui ont l’habitude de venir en voiture ne trouvent plus de place pour se garer », dĂ©plore un garçon de cafĂ©. Les cafĂ©s et les restaurants ne sont pas les seuls Ă  en souffrir. La situation est encore plus dramatique pour les boutiques d’habillement. Boulevard Hassan II : le glacier Oliveri et les autres commerces environnants, qui profitaient des possibilitĂ©s de stationnement devant leurs locaux, sont aujourd’hui abandonnĂ©s par une clientĂšle qui a pris l’habitude de consommer dans la voiture.

MĂȘme quand le tramway sera opĂ©rationnel, des problĂšmes persisteront. En effet, l’on constate que certaines erreurs du tramway de Rabat ont Ă©tĂ© reproduites Ă  Casablanca. Ainsi, le circuit du tramway n’a pas Ă©tĂ© isolĂ© par des barriĂšres de sĂ©curitĂ©. En revanche, on s’interroge sur l’utilitĂ© de la rangĂ©e de potelets installĂ©s sur les trottoirs. De mĂȘme, certaines zones ne sont pas desservies par le tramway alors qu’elles auraient dĂ» l’ĂȘtre en prioritĂ©. C’est le cas des zones industrielles de Lissasfa, de AĂŻn SebaĂą, de Bernoussi ou encore des quartiers Ă  forte densitĂ© dĂ©mographique tels Al Qods, Oulfa Anassi. Tous ces quartiers n’ont pas Ă©tĂ© intĂ©grĂ©s au tracĂ© de la premiĂšre ligne de tramway. Et malgrĂ© les critiques formulĂ©es Ă  l’encontre de l’interminable chantier qui envahit toute la capitale Ă©conomique, les Casablancais espĂšrent que le tir sera rectifiĂ© lors de la deuxiĂšme tranche du tramway.

Abdelhafid Marzak

Sidi Moumen, mission réussie


C’est la tranche la plus rĂ©ussie. Place de la mosquĂ©e al Andalous, les travaux sont terminĂ©s depuis bien longtemps. Une vingtaine de rames attendent le dĂ©but des tests. Quelques mĂštres plus loin, des ouvriers nettoient les rails. Sans doute pour prĂ©parer les premiers tests. En attendant, les rames se sont transformĂ©es en attraction locale pour les familles habitant les quartiers voisins. La route goudronnĂ©e s’étale sur plusieurs centaines de mĂštres comme un tapis. Les trottoirs ont Ă©tĂ© correctement amĂ©nagĂ©s. Seul bĂ©mol : leur largeur. Par endroits, les trottoirs font moins d’un mĂštre. Pas trĂšs pratique pour les piĂ©tons et les commerces.


Trois questions Ă  Youssef Draiss,

directeur général de Casa Transport

 

actuel La date prĂ©vue pour le lancement du tramway est le 12 dĂ©cembre 2012. Etes-vous aujourd’hui encore sĂ»r de rĂ©ussir ce pari ?

Youssef Draiss. Avec l’effort de toutes les autoritĂ©s (wilaya, ville, police), Casa Transport est en train de rĂ©ussir le pari de mise en service le 12/12. Tout ce qui intĂ©resse vĂ©ritablement la mise en service est rĂ©alisĂ© ou en cours d’achĂšvement.

Dans tous les projets de tramway de par le monde, des travaux de « finition » continuent Ă  ĂȘtre rĂ©alisĂ©s mĂȘme aprĂšs la mise en service. C’est la nature de tels projets et ça n’empĂȘche nullement la mise en service commerciale du tramway.

 

Des barriĂšres de sĂ©curitĂ© pourraient rĂ©duire les risques d’accident sur la voie ferrĂ©e. Y avez-vous pensé ?

On ne peut pas, au centre d’une ville, installer des barriĂšres qui vont dĂ©figurer l’espace public. Maintenant, mettre en place des mesures de sĂ©curitĂ© est une autre nĂ©cessitĂ©. L’un des dĂ©fis Ă  relever est de faire adhĂ©rer les usagers de la voie publique pour Ă©viter des comportements dangereux.

 

Dans certaines rues, garer, charger ou dĂ©charger sa voiture ne peut plus se faire sans gĂȘner la circulation. Avez-vous proposĂ© des solutions aux habitants de ces zones ?

Sur 31 km, on peut parfois effectivement faire des amĂ©nagements qui ne rencontrent pas l’adhĂ©sion des habitants ou des riverains d’une zone particuliĂšre. Mais on est disposĂ© Ă  trouver des solutions aux cas vraiment particuliers.

| More
Archives Economie
N°173 : Transport Maman, j’ai pris le tramway  
N°172 : Comptes spĂ©ciaux du TrĂ©sor 
N°171 : CAFC : Fin d’une rĂ©publique bananiĂšre  
N°170 : DĂ©lais de paiement : Rien n’a changĂ© 
actuel N°169 : Open Sea : Sauve qui peut  
N°168 : Achoura : Un business explosif  
N°167 : Logement social : Le plaidoyer des promoteurs  
N°166 : Projet de budget 2013 : Hold-up sur la classe moyenne  
N°164/165 : Tourisme : SaĂŻdia, douze mois pour sauver la station  
N°163 : Tramway : Deux mois pour tout rĂ©gler !  
N°162 : Interview Patrick Raleigh : AssociĂ© Ă  l’agence de notation Standard & Poor’s
N°161 : Emploi : Ces entreprises qui recrutent  
N°160 : Deux-roues Les industriels dĂ©noncent l’anarchie du marché   
N°159 : AWB, BMCE Bank, BCP : Les enjeux d’une stratĂ©gie africaine  
N°158 : Sous-traitance : Les nouveaux mĂ©tiers rĂ©sistent  
N°157 : RAM : La politique du mĂ©pris 
N°155 : MĂ©dicaments : Les pharmaciens dĂ©noncent une baisse arbitraire
N°154 : La Samir au pied du mur 
N°152 : Tombolas : entre lĂ©galitĂ© et arnaques 
N°150 : Biens immobiliers : Les Marocains misent sur l’Europe  
N°149 : Affaire CIH : D’autres tĂȘtes vont tomber 
N°148 : Danone prend le contrĂŽle de Centrale LaitiĂšre 
N°147 : Affaire Ibrahimi : Le milieu des affaires sous le choc  
N°146 : Comarit : Le transit de la derniĂšre chance 
N°145 : Environnement des affaires : Tadouira, un sport national  
N°144 : Saison estivale : Les opĂ©rateurs anticipent le Ramadan  
N°143 : LiquiditĂ©s : banques et entreprises dans l’impasse
N°142 : Nador West Med  Black-out total sur le projet
N°141 : Maroc-France Le patronat craint plus la crise que Hollande
N°140 : Climat social :  Benkirane sur le qui-vive
N°139 : Casablanca Les grands chantiers sur les rails
N°138 : TGV : L’impossible dĂ©bat
N°137 : Tourisme:  Une saison ratĂ©e
N°136 : SĂ©cheresse L’impasse des agriculteurs
N°135 : Cour des comptes  Royal Air Maroc sur la sellette
N°134 : Lesieur Cristal   Les dessous d’une opĂ©ration stratĂ©gique
N°133 : Tourisme :   Le rĂȘve allemand du Maroc
N°132 : Casablanca Finance City  
N°131 : Affaire CNSS El Haddaoui remet les pendules Ă  l'heure
N°130 : Mohamed Najib Boulif  L’Etat ne peut plus payer les erreurs de gestion passĂ©es
N°129 : EnchĂšres publiques  Des ventes pas si publiques !
N°128 : CIH et Banque Postale  "Pas de rapprochement dans l'immĂ©diat"
N°127 : Intelligence Ă©conomique  Le marchĂ© prend forme
N°126 : PiĂšces automobiles  Le marchĂ© de l'occasion flambe
N°125 : CAN 2012,   omerta sur l’argent du foot
N°124 : Morocco Mall  Les petits commerces imperturbables
N°123 : Budget 2012,   Baraka au feu
N° 122 : Finance islamique,  le Maroc fait sa rĂ©volution
N°121 : Smig,   le salaire de la peur
N° 120 : IntĂ©gration Ă©conomique :   Le Maghreb s’active
N°119 : Yassir Zenagui,  Nous a vons approchĂ© d’autres fonds souverains en Chine...
N°118 : Industrie pharmaceutique :  Maroc Innovation SantĂ© veut plaider non coupable
N°117 : e-commerce :   EnchĂšres inversĂ©es Le Net, terrain fertile en arnaques
N°116 : Finances :  des primes sous haute tension
N°115 : Contrefaçon :  Encore un accord de plus
N°114 : DĂ©chets mĂ©nagers   Une bataille sur fond de campagne Ă©lectorale
N°113 : Chimicolor  La fin d’une lĂ©gende
N°112 : CNSS  La vieille dame poursuit sa mue
N°112 : Assurance maladie obligatoire  Un pas en avant, deux pas en arriĂšre
N°111 : Interview Amine Kandil, directeur gĂ©nĂ©ral du groupe Charaf-fertima
N°110 : Interview, Philippe Doizelet  La formation, le maillon faible
N°110 : Industrie touristique  Destination Afrique
N° 109 : L’OCE dans la tourmente 
N°108 : eFloussy Wafacash au secours des franchisĂ©s  
N°107 : Finances publiques Le budget 2012 otage des Ă©lections  
N° 106 : Crise Ă©conomique Comment s’en sortent les entreprises au Maroc
N° 104/105 : Tabac La libĂ©ralisation en danger 
N°103 : Plan solaire Les Français se positionnent  
actuel 102 : Interview Azelarab Benjelloun  
actuel 102 : AmĂ©nagement Casablanca Scandale de la corniche, saison 2  
actuel 101 : L’aprĂšs Lydec : Pas de relĂšve Ă  l’horizon  
N°100 : Interview Mohamed Elmandjra, DG de MĂ©ditel 
N°99 : Coordinations Les nouveaux syndicats  
N° 98 : A quoi ressemblera notre TGV 
N° 97 : La PME, entre le marteau et l’enclume 
N° 97 : La parole aux patrons 
N° 96 : Piratage et contrefaçon : L’heure du grand mĂ©nage a sonnĂ©  
N° 95 : DĂ©taxe : Un coup d’épĂ©e dans l’eau  
Actuel n°94 : La CGEM vend son label 
N°93 : MeknĂšs Un salon sous le signe de la diversitĂ©  
Actuel n°92 : Produits du terroir cherchent distributeurs 
Actuel n°91 : Rapport de la Cour des comptes : La gabegie de la gestion dĂ©lĂ©guĂ©e
Actuel n°90 : Yasmine Lahlou Filali : Une pharmacienne stratĂšge  
Actuel n°89 : Dialogue social : Bienvenue au moussem 
Actuel n°88 : Privatisation : On racle les fonds de tiroir 
Actuel n°87 : Morocco is back 
Actuel n°86 : Le Maroc, objet de toutes les attentions 
Actuel n°85 : La Libye a beaucoup promis mais peu rĂ©alisĂ©  
Actuel n°84 : Textile : les bons de commande dĂ©filent 
Actuel n°83 : Bancarisation, financement des PME
 Les banques françaises se jettent Ă  l’eau
Actuel n°82 : Smartphones Nokia veut sa part du gĂąteau
Actuel n°81 : Fondations d’entreprises : Une charitĂ© pas toujours bien ord 
Actuel N°72 : Al Omrane Les enjeux d’ une succession 
Actuel n°69-70 : Agroalimentaire : au pays du burger 
Actuel n°68 : Inondations Ă  Tanger : les industriels en alerte 
Actuel n°67 : Le Maroc solaire en marche 
Actuel n°66 : Grippe A H1N1,  mais oĂč est passĂ© le stock de vaccins ?
Actuel n°65 : SaĂąd Zouak, un Marocain vert Ă  New York 
Actuel n°64 : Alliances,  cap sur le logement social
Actuel n°63 : CNIA Saada en Bourse : le marchĂ© s’impatiente 
Actuel n°62 : Interview d'Abdellatif Jouahri, gouverneur de Bank Al-Maghrib
Actuel n°61 : MalĂ©diction des villes nouvelles Nouveau bras de fer Ă  Sahel-Lakhyayta
Actuel n°60 : Rahal, l’insatiable appĂ©tit du traiteur des rois
N°59 : Gouvernement : rentrĂ©e sur la corde raide 
N°58 : Entretien avec Bruno Joubert,  ambassadeur de France Ă  Rabat
N°57 : Centres d’appels, pourquoi la France s’attaque aux dĂ©localisations
N°56 : De nouvelles aventures pour Sindibad by Walibi 
N°55 : La passion partagĂ©e des Kouhen 
N°54 : Les MRE au rĂ©gime sec 
N°53 : Sondages d’opinion La foire aux questions
N°52 : Tata, tes oasis foutent le camp ! 
N°51 : Tapis marocains...  made in China !
N°50 : L'UPM sauvĂ©e par les fonds de financement 
N°49 : Smap Immo Paris,  les MRE sĂ©duits
N°48 : Marina de Casablanca  Un « petit Manhattan » Ă  l’horizon
N°47 : Crise de l’Euro :  Le Maroc Ă©pargnĂ©... pour l'instant
N°46 : Du rififi chez les distributeurs MĂ©ditel 
N°45 : RĂ©forme des retraites :  Ce n’est pas gagné !
N°44 : Alstom prend pied dans l’éolien 
N°43 : Notaires,  une loi pour Ă©viter les arnaques
N°42 : Almazar  sur les chapeaux de roue
N°41 : Assises de l’Industrie: Le plan Emergence prendra-t-il de l'Ă©lan
N°40 : Yassir Zenagui, La success story d’un trader
N°39 : PME-Banques:  Un dialogue de sourds qui s’éternise
N°38 : Les belles promesses de LaĂąyoune 
N°37 : Khalid Cheddadi La CIMR parie sur la e-retraite
N°36 : CrĂ©dit Agricole du Maroc, Vert Ă  tout prix
N°35 : Alami Lazrak Â« Le projet Amwaj nous intĂ©resse »
N°34 : CDG-CIH Une alliance en bĂ©ton
N°33 : Les nouveaux appĂ©tits d'Upline 
N°32 : Airbus afïŹche ses ambitions au Maroc 
N°31 : Faux billets Tour de vis de Banque Al-Maghrib
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter